Haïti, mai 1946 : Les USA ont cessé d’appuyer le violent régime de Elie Lescot même après s’être rangé à leurs côtés en 1941 pour déclarer la guerre à L’Allemagne, l’Italie et le Japon

4
786

En 1944, partisan de l’élaboration d’une nouvelle Constitution, Lescot a prolongé son mandat présidentiel de cinq à sept ans…

New York Times à la mort du président Elie Lescot en 1974 : « il était un homme suave, affable et de grand charme qui masquait son règne de dictateur sévère ».

en 1946, il y a eut une tentative désespérée pour museler la presse d’opposition, un perpétuel cycle de réincarnations

Populaire au début de sa présidence, cet ancien ambassadeur d’Haïti à Washington était rapidement tombé en disgrâce, même avec la classe dirigeante d’élite mulâtre riche.

Mardi 14 janvier 2020 ((rezonodwes.com))–L’appui inconditionnel de Jovenel Moise à l’OEA et aux Etats-Unis dans la crise secouant le Venezuela et l’Amérique latine, alors que son propre pays est en pleine crise socio-politique et économique, est nettement négligeable par rapport à l’enjeu que faisait face le gouvernement haitien de venir en aide aux milliers de Juifs fuyant l’Axe du mal au cours de la Seconde Guerre Mondiale, en 1941.

Elie Lescot, sur la demande des États-Unis, qui avait déclaré la guerre à l’Axe (Japon-Italie-Allemagne) le 8 décembre 1941, soit le lendemain de l’attaque de Pearl Harbor, a accordé un passeport haitien à tout Juif le sollicitant. Toutefois, avec son gouvernement au bord de la faillite et une économie chancelante, Lescot a plaidé en vain auprès des États-Unis une prolongation des remboursements de la dette.

Corruption

Des anciens supporteurs de Lescot ont accusé celui-ci d’avoir permis à ses fils, le ministre des Affaires étrangères Gerard Lescot et le lieutenant Roger Lescot, d’acquérir des biens allemands expropriés, et ils craignaient qu’il n’ait perdu la faveur officielle des États-Unis.

Durant son régime de cinq ans, le coût de la vie s’est multiplié par trois et le paysan moyen se débrouillait avec un seul repas par jour.

Un régime très violent

« Elie Lescot était un homme suave, affable et d’un grand charme qui masquait son règne de dictateur sévère« , écrit le new York Times à sa mort le 22 octobre 1974 à Port-au-Prince.

En 1944, le président Lescot s’appuie sur un système de chefs de la police rurale, connu sous le nom des chefs de section, en gouvernant par la force et l’intimidation. Plus loin, for de son acte posé en 1941, il a dirigé le pays par l’imposition de la loi martiale et de sévères restrictions à la presse.

En 1946, ses tentatives pour museler la presse d’opposition a suscité des manifestations d’étudiants réprimés très violemment entraînant une révolte à travers la capitale de Port-au-Prince. La foule a manifesté devant le Palais national, les travailleurs se mirent en grève et les résidences des autorités ont été saccagées. Un autre inconvénient important de Lescot était le fait que son gouvernement était dominé en majorité par les mulâtres qui lui a valu un grand dédain parmi la majorité des militaires noirs.

Au lendemain de l’exil d’Élie Lescot, la radio et la presse retrouvent leur indépendance

Plusieurs sources concordantes ont rapporté que Elie Lescot, ayant perdu l’appui de Washington, a essayé de commander la Garde militaire pour briser les manifestations, mais celle-ci a refusé d’exécuter ses ordres. Convaincu que sa vie était en danger, Lescot et son cabinet ont fui en prenant l’exil pour se réfugier aux États-Unis. Une junte militaire de trois personnes a pris le pouvoir à sa place et s’est engagée à organiser des élections desquelles le Sénat élit Dumarsais Estimé, le premier président po nwè Ayiti depuis la fin officielle de l’occupation américaine en 1934.

Au lendemain de l’exil d’Élie Lescot, la radio et la presse retrouvent leur indépendance, les groupes dissidents exprimèrent leur espoir et optimisme quant à l’avenir d’Haïti. Un avenir toujours et encore hypothéqué par des pseudo-démocrates et d’apprentis-dictateurs apatrides.

Credit…The New York Times Archives

4 COMMENTS

  1. Pourtant aujourd’hui, des idiots mulatristes, des mulets, tentent de faire de Lescot, un modèle de politicien, un bon président qui fut honnête!

  2. Et Haïti entra dans une période d’instabilité de 10 ans qui ne s’acheva qu’avec l’arrivée au pouvoir de papa doc. Ca donne vachement envie de suivre l’exemple de l’opposition de l’époque !!!

  3. Le regne de Francois Duvalier utilisait la peur pour creer la stabilite : le pouvoir , (dictatorial) c’est un equilibre fragile entre la peur et la revolte. Quand cette peur disparait ,la stabilite s’evanouit , les analphabetes ,sans manmans – lavalas envahissent le trottoir ,rendent la vie impossible dans Port-au-Prince et ses environs. Le calme ne reviendra que quand la crainte surgira de nouveau, par la loi ou par la force.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.