Ruée vers le lithium ou l’or blanc, essentiel à la transition énergétique

0
268

Mardi 19 novembre 2019 ((rezonodwes.com))– Le lithium c’est l’élément métallique et solide le plus léger se trouvant parmi les alcalins.  C’est un métal mou et blanc argenté qui s’oxyde rapidement dans l’air ou dans l’eau. Sa  densité est la moitié de celle de l’eau. Comme les autres métaux alcalins, il est monovalent et très réactif.

En raison de son potentiel électrochimique élevé, il constitue l’élément chimique fondamental des batteries – John B. Goodenough, M. Stanley Whittingham, Akira Yoshino ont reçu le prix Nobel de chimie  2019 pour leur invention des batteries au lithium-ion – utilisées dans nos téléphones portables, ordinateurs portables,  tablettes,  et voitures électriques, etc.

Les pouvoirs économiques ont commencé à tenir compte des alertes lancées par les environnementalistes depuis des décennies: ‘’un modèle de production, de distribution et de consommation basé sur l’utilisation intensive des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel principalement) n’est pas durable’’.  Déjà le pic pétrolier  est prévu pour 2025 selon l’Agence internationale de l’énergie. Donc, il faut entrevoir  des maintenant, une alternative au pétrole que sont les énergies renouvelables.

Ces dernières nécessitent, entre autres, des systèmes de stockage plus puissants pour les différentes applications répondant aux  nouvelles exigences du marché. Dans ce cas, le lithium constitue la clef de voûte de la révolution énergétique  ou de la ‘’transition énergétique’’, ce qui nous permettra de dépasser la dépendance actuelle aux combustibles fossiles très polluants, mais aussi en voie d’épuisement. C’est un produit hautement stratégique au point de vue énergétique, mais il faut savoir que le lithium lui même ne génère pas d’énergie mais permet de la stocker. Goldman Sachs l’appelle d’ailleurs « la nouvelle essence » qui guidera le monde.

De ce fait, le lithium a eu pendant ces dernières années, une croissance supérieure à celle de beaucoup d’autres matières premières à cause de la demande accrue de STOCKAGE D’ENERGIE, du marché très alléchant des VÉHICULES ÉLECTRIQUES, et de la demande des APPAREILS ÉLECTRIQUES PORTABLES, LÉGERS et PLUS PUISSANTS. On estime que les batteries lithium-ion seront intégrées dans les véhicules électriques ou hybrides, et connectées à des panneaux solaires ou à des turbines.

Cela suppose une augmentation de la demande dans les 5 prochaines années. La flotte mondiale de véhicules électriques (2 et 3-roues non inclus) devrait  atteindre entre 200 et 650 millions en 2050! Donc, l’ ‘’ECOmobilité’’ nécessitera  plus de lithium pour réduire la pollution de l’air et, à long terme, atténuer les effets du changement climatique. Selon l’Agence internationale de l’énergie, le secteur des batteries représente aujourd’hui à lui seul environ 46% de la quantité de lithium consommée dans le monde. La proportion dédiée pour la production des véhicules électriques  consomme un tiers de cette quantité.

 L’Argentine, la Bolivie et le Chili (triangle ABC ou du lithium), où l’on trouve environ 50% des réserves de lithium, sont facilement identifiables. Dans le cas d’autres pays, tels que la Chine, l’Australie, les États-Unis (les 50% restants), les roches dures auxquelles il est mélangé rendent son extraction difficile. Les groupes comme Albemarle (USA),  FMC (USA),  SQM (chilien) et Tianqi (chinois) et Ganfeng (chinois) du secteur industriel de la chimie, de l’agroalimentaire (avec les engrais azotés), de la pharmacie ou du secteur minier qui contrôlent historiquement la production du lithium.

Mais à l’échelle internationale, l’utilisation du lithium est dominée géographiquement entre un marché transatlantique (Europe et Etats-Unis : s’approvisionnant  en Amérique du Sud) et un marché asiatique (Chine : production locale plus  approvisionnement  en Australie).

Bien que les batteries au lithium  aident à promouvoir de nombreuses actions durables, il convient de noter que l’extraction du lithium n’est pas forcement « respectueuse de l’environnement » quand l’on considère la pollution générée en exploitant les mines.

En effet, de la fabrication jusqu’à la fin-de-vie en passant par l’utilisation, ces produits high-tech peuvent causer des impacts environnementaux, économiques et sociaux importants. Ces constats doivent nous pousser à utiliser les produits high-tech de manière responsable, à appliquer des techniques de conservation d’énergie, et à recycler nos produits en fin-de-vie.

L’utilisation des produits high-tech devrait être en harmonie avec les principes de développement durable permettant de répondre aux besoins actuels, sans compromettre la capacité des générations futures et en assurant un équilibre entre croissance économique, protection de l’environnement et bien-être social.

Jodany FORTUNE
jodanyfortune@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.