216ème Commémoration de la Bataille de Vertières sur fond de contestation populaire

0
171

Au moins quatre personnes ont été blessées par balles pendant les manifestations tenues à Port-au-Prince. Les opposants au pouvoir en place maintiennent leur principale revendication, à savoir, le départ de Jovenel Moise du pouvoir

Mardi 19 novembre 2019 ((rezonodwes.com))–  Lundi, dès l’aube, des rassemblements épars dans l’aire du Champs de Mars ont été vite réprimés par les forces de l’ordre.

Des éléments de la Police affectés à l’Unité de Sécurité générale du Palais national, des agents du Corps d’Intervention de Maintien d’Ordre et des policiers administratifs montaient la garde et cernaient tout le périmètre du Musée du Panthéon national (Mupanah) à l’annonce d’éventuels troubles de la cérémonie d’offrande florale aux pieds des monuments historiques.

Le Président de la République, Jovenel Moise, accompagné du Premier ministre démissionnaire, Jean Michel Lapin limité dans ses déplacements, s’est contenté d’une terne 216ème célébration de l’épopée de Vertières.

La cérémonie, une fois terminée les militants de Challengers Populaires, de l’Ensemble des Organisations de l’Opposition, entre autres, ont investi l’aire du Champs de Mars. Leurs premières opérations visaient  à dresser des barricades de pneus enflammés et des troncs d’arbre tout au long de l’Avenue Magny et des zones limitrophes à la Place Jean Jacques Dessalines.

Parallèlement, le Carrefour de l’Aéroport regorgeait de militants politiques en attente des premières vagues de contestataires en vue de partir à la conquête le centre de Pétion-Ville.

‘’Le Président continue à se montrer sourd aux cris de la population. Nous réitérons l’appel, il faut que Jovenel Moise parte’’, s’exclame Réginald Dumé, porte-parole de Challengers Populaires.

À hauteur de Delmas 95, des individus lourdement armés ont perturbé la marche en faisant résonner leurs armes de grand calibre. Au moins quatre personnes sont sorties blessées dont Emmanuel Joseph, journaliste de Capital FM atteint d’un projectile à la cuisse gauche. Un manifestant atteint au dos a été transporté en urgence dans un centre hospitalier.

À Bourdon, des échanges verbaux musclés entre forces de l’ordre et Arnel Bélizaire, ancien député de Delmas, perché sur un truck sound a fait régner une vive tension. Les policiers administratifs ont dû répliquer en tirant en l’air pour échapper aux jets de pierres des manifestants.

Deux autres cas de blessés par balles ont été également rapportés. Les fêtes nationales généralement réservées à la réflexion et au recueillement se transforment de plus en plus en espace de radicalisation des positions politiques.

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.