Walter C. Medina : « Morir sin prensa » ou quand la presse tourne le dos à la tragédie des Haïtiens!

2
576

Vendredi 15 novembre 2019 ((rezonodwes.com))– Les médias hégémoniques, en accord avec des organisations telles que l’OEA et l’ONU, ont décidé de rendre invisible la tragédie vécue par les Haïtiens. Les grandes chaînes de télévision mettent l’accent sur le Venezuela tout en écartant ou en manipulant la réalité des pays tombés dans la disgrâce du néolibéralisme.

Après huit semaines de manifestations dans différentes villes, l’administration de Jovenel Moise a intensifié la répression. Selon le Réseau national de défense des droits de l’homme en Haïti, 48 personnes ont perdu la vie à cause des actes meurtriers des forces de sécurité. La répression qui a conduit les écoles, les administrations et les entreprises à fermer leurs portes est violente et a contraint les organisations non gouvernementales à suspendre la distribution de l’aide humanitaire.

Les 48 morts recensés à ce jour n’ont jamais fait la une des principaux médias du monde qui restent pourtant attentifs à la crise vénézuélienne.

Comme dans le Chili de Sebastián Piñera, les médias alliés du pouvoir sont remontés contre les «violents, les vandales et les pilleurs». Ils stigmatisent les manifestants comme des « ennemis » de la démocratie. Cependant, au-delà de l’histoire, il existe une réalité dénoncée mille fois. Et c’est la même qui a été vécue dans les pays d’Amérique latine dans lesquels le modèle néolibéral prévaut.

80% des Haïtiens vivent dans des conditions d’extrême pauvreté.

Ce fait dévastateur place Haïti au premier rang des pays les plus pauvres de l’hémisphère. Les troubles des Haïtiens sont compréhensibles, d’autant plus si l’on prend en compte le rapport de la Cour supérieure des comptes dans lequel le détournement de milliards de dollars par des fonctionnaires et des proches du pouvoir, y compris Moise lui-même avant de devenir président, a été dénoncé…

Moïse a toujours deux ans de mandat et, pour le moment, il n’a pris aucune mesure publique concrète et contraignante pour répondre aux demandes de la population depuis le début des manifestations. La vérité est que ce qui renforce la misère du peuple haïtien, c’est le modèle néolibéral qui favorise la dépendance économique et les inégalités.

La presse internationale tourne le dos au drame haïtien. Les 48 morts recensés jusqu’à hier n’ont pas fait la couverture des principaux médias du monde, qui restent toutefois toujours attentifs à la crise vénézuélienne.

Walter C. Medina

2 COMMENTS

  1. Il n’y a pas moyen de s’en plaindre, dans le cadre du Systeme les medias ont leurs Priorite’s.

    Pour le modele neoliberal, les domestiques de l’oligarchie et de l’international sont a’ l’oeuvre depuis le debut des annees 80. Jean Claude Duvalier avait donne’ le signal en detruisant les Kochon kreyol. Henri Namphy restait dans la voie en donnant le feu vert aux produits etrangers. Nou sonje 4 bwat let kanasyon pou 1 dola Ayisyen.

    Le retour d’un certain Jean Bertrand Aristide (en 1990 mwen te di mwen paka vote yon kandida ki pa konn anyen nan politik poum pa koupe dwet la pi devan) au pouvoir en 1994, allait permettre au modele neoliberal de detruire l’industrie et la production nationale. C’etait le deal du retour… Au nom de leur president, par devant les membres du Congres des USA, Leslie Voltaire et Leslie Delatour portaient le modele neoliberal sur les fronts baptismaux (voir Wikipedia).

    Devant la Lybie…et l’Egypte, Haiti ne represente RIEN. En Lybie, 2 gouvernements revendiquent le pouvoir avec les lots de cadavres dans les 2 camps. Des milices sont en bandition. Blackout total des medias. En Egypte, Al-Sissi ne jouent pas avec ceux qui participaient au « printemps arabe. » Les prisons sont remplies. Blackout total. La democratie ne fait pas partie du decor. Au nom des interets geostrategiques, Al-Sissi ne s’inquiete pas.

    Dans la meme optique, Jovenel Moise reste ferme au poste. Il a la protection de son patron pour le vote contre le Venezuela. En parlant des morts, ce qui me fait penser a’ l’autre qui parlait de la statique.

    Suivant le pays et les interets, dans la balance, les morts n’ont pas le meme poids. Le modele neoliberal mene aussi au « Shithole. »

    Peyi a gen pan moun. E sa ki kenbe Jovenel Moise sou pouvwa a toujou.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.