Le pouvoir tacle Boulos en augmentant les taux de ses prêts à l’ONA

0
623

Des nouvelles dispositions concernant la révision à la hausse de certains prêts de l’ONA à partir du 1er novembre, visant particulièrement les gros portefeuilles comme ceux détenus par l’homme d’affaires, devenu leader politique, Réginald Boulos

Samedi 19 octobre 2019 ((rezonodwes.com))– L’administration Moïse ne fait pas de quartier aux membres du secteur privé qui lui ont tourné le dos pour aller grossir les rangs de l’opposition.

Si dans le secteur énergétique, les Vorbe, Rouzier et Bonnefil ont déjà expérimenté des nuisances du pouvoir, c’est l’homme d’affaires, fraîchement transformé en homme politique, Réginald Boulos, qui fait maintenant les frais de la furie revancharde du président Jovenel Moise et de son équipe.

Dans un avis, daté du 18 octobre 2019, le Directeur Général de l’Office National d’Assurance-Vieillesse ( ONA), Chesnel Pierre, a informé les emprunteurs que les taux d’intérêt sur les prêts consentis pour des dépenses d’investissement commercial dépassant le seuil de 50 millions de gourdes, passeront à 20% à partir du premier novembre.

Pour les placements ces taux atteindront 15%. Selon l’ancien membre du parti AAA dirigé par Youri Latortue, ces décisions visent à augmenter les capitaux des cotisants afin de faire face aux exigences de l’heure, notamment la montée du dollar et le taux de l’inflation.

Plus loin le numéro un de ladite institution a annoncé que ces mesures ne concernent pas les prêts consentis au secteur agro- industriel, épargnant ainsi son ancien chef de parti, également passé avec armes et bagages à l’opposition.

Les différentes sorties du Président de la République critiquant le système où privilèges, inégalités et exclusion sociale cohabitent outrageusement, avaient en effet auguré ces moments de représailles.

Considérées comme des persécutions politiques insensées par l’un des leaders de l’opposition, Me André Michel, ces mesures vindicatives pourront-elles aider le régime en place à mater la révolte populaire, qui, selon le président Jovenel Moïse, est financée par de grands manitous du secteur privé, gardiens d’un système injuste dont lui aussi fait partie en tant que bénéficiaire.

Pascal Fleuristil
pfleuristil@yahoo.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.