Les Capois dans les rues lundi soir pour manifester contre Jovenel Moise cloué au Palais National

0
262

Jovenel Moise, en si peu de temps, aurait battu tous les records de président d’Haïti le plus impopulaire et le plus décrié de toute l’histoire du pays depuis le 17 octobre 1806, pour ses promesses jugées « fallacieuses » par des milliers de protestataires dénonçant également l’institutionnalisation de la corruption avec la « bénédiction subventionnée » des parlementaires de la 50ème législature.

Lundi 14 octobre 2019 ((rezonodwes.com))–La « révocation » et le remplacement immédiat du Délégué Départemental du Nord, comme c’est le cas envisagé pour la Délégation Départementale de l’Artibonite, n’ a pas freiné l’élan des Capois imprimé au processus de changement radical d’un système arrivé en fin de vie.

Lundi, au moment où le soleil disparaît complètement dans la brume, des centaines de manifestants sont descendus dans les rues du Cap-Haïtien, pour réclamer sans condition la démission du président Jovenel Moise du Palais National. Les protestataires qui scandaient des propos hostiles au chef du régime Tèt Kalé 2 tout au long de leur tournée en ville, s’inscrivent en faux contre tout retour à la normale dans la Métropole du Nord tant que « Jovenel kontinye ap fè tèt rèd alòs ke Jojo deja dòmi deyò« .

« Ils se trompent grandement s’ils s’attendent à ce que nous soyons fatigués pour venir après faire semblant qu’il ne s’est rien passé pendant 5 semaines de pays-lock« , a confié un manifestant à Rezo Nòdwès n’hésitant pas à fustiger, ce qu’il qualifie de « silence complice » de l’international face aux multiples répressions subies par les manifestants anti-pouvoir des mains des policiers, parfois en cagoule.

Les manifestants au Cap-Haïtien, à l’instar des Gonaiviens et des Saint-Marcois, ont promis lundi soir de se battre sans répit pour obtenir effectivement le départ du président Jovenel Moise qui, selon eux, ne pourra plus que jamais retrouver la confiance de ses mandants et de ses concitoyens, après toutes les allégations de corruption et d’impunité et de crime de droit commun formulées contre le régime PHTK.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.