Jovenel Moise « à sa démission inévitable n’a pas le droit de laisser le pays », avertissent les manifestants à Saint-Marc, Miragoane, Gonaives, Cayes…

0
520

Trop tard, trop peu, car le compte-à-rebours a commencé, ont lancé les Saint-Marcois en réaction à la énième commission de facilitation de crise formée par le président Jovenel Moise, voulant remettre en selle Evans Paul, l’ex-PM de facto de Michel Martelly et promoteur d’une élection présidentielle à candidat unique en 2016. Une décision qu’avaient également appuyé l’OEA et certaines ambassades occidentales.

Mercredi 9 octobre 2019 ((rezonodwes.com))–« A Saint-Marc, il est difficile d’évaluer le nombre de manifestants qui sont descendus jeudi dans les rues« , a informé un riverain contacté par Rezo Nòdwès. Information corroborée par le correspondant de Zénith FM basé dans la métropole du Haut-Artibonite constatant que « c’est presque la ville entière de Saint-Marc qui déclare hors jeu Jovenel Moise et sa clique après avoir scellé tous les bureaux publics mardi et mercredi« .

A Miragoane, l’opération « Poze Sele » se poursuivit à travers la ville. Des scellés sont apposés sur les principales portes d’entrée des bureaux de la DGI, de l’Ed’H. Vers 12:50, une foule immense se dirige en direction de l’APN (Autorité Portuaire Nationale), pour mettre fin aux activités du jour de cette institution publique par l’apposition de scellés.

Noin loin de la Place Saint-Pierre à Pétion-Ville, considérée comme une « ville interdite » pour les habitants de Cité Soleil par des gens partisans d’un virtuel « apartheid« , des manifestants très remontés contre le régime tèt kalé, ont déclaré « vouloir la démission sans condition de Jovenel Moise, toutefois, il ne doit pas laisser le pays et doit se mettre à la disposition de la justice pour répondre de ses actes de corruption et des crimes de répression« .

A cette phase d’évolution de la crise, le militant Asad Volcy lance un appel à la vigilance. « Nous ne sommes pas loin de la victoire, car le soutien indéfectible dont jouissait auparavant Jovenel Moise chez des nantis et même l’ONU, commence à s’ébranler‘, a indiqué le militant engagé au micro de Zénith FM profitant pour annoncer que vendredi nous allons établir la différence entre « gren’n ak pwa-a nou pral wè sak pi pike« .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.