« Peuple haïtien, unissons-nous pour dérouter l’insécurité, la corruption, l’impunité… » écrit la Conférence Épiscopale d’Haïti dans son message de la soirée du vendredi

1
1316

« …En premier lieu, le président de la République. Si le pays est à feu et à sang, c’est à cause de leur irresponsabilité » CEH.

L’administration de Jovenel Moise qui symbolise la corruption et l’impunité dans toute leur laideur et violence, ont scandé vendredi les milliers de protestataires, n’a pas la bénédiction de l’Eglise Catholique, à l’analyse d’un communiqué publié vendredi soir, après une journée de mobilisation générale pour contraindre le dauphin de Michel Martelly, à se retirer du Palais national et sans condition.

« La violence a une origine… » CEH.

Vendredi 27 septembre 2019 ((rezonodwes.com))–Faisant un tour d’horizon de la difficile situation socio-politique et économique actuelle du pays au point que des centaines de milliers de personnes se voient obliger de descendre vendredi dans les rues, pour exprimer leur ras-le-bol de la mauvaise gestion du pays, la CEH, dans un communiqué publié vendredi soir, a indiqué que « nous en sommes arrivés là à cause du comportement des élus et des dirigeants« .

« Ce n’est plus le moment de clamer que nous sommes tous coupables. Ce n’est pas la vérité. Ni de dire que nous condamnons la violence d’où qu’elle vienne : elle a une origine, a souligné la CEH dans son message adressé aux frères et sœurs bien-aimés dans le Christ, en particulier le peuple haitien.

Les actuels dirigeants, a pointé la CEH, faisant allusion aux administrations Jovenel Moise-Guy Lafontant ; Jovenel Moise-Céant, Moise-Lapin/Michel ; au sénateur Carl-Murat Cantave et au député Gary Bodeau ; « malgré nos appels répétés depuis tantôt deux ans, restent sourds, occupés à gérer leur pouvoir, leurs privilèges et leurs intérêts mesquins« .

Une question à Jovenel Moise et ses sempiternels alliés

« Existe-il une violence plus atroce que celle de vivre constamment dans l’insécurité » se demande la Conférence Épiscopale d’Haïti s’interrogeant davantage sur la misère noire enlevant tout espoir à l’homme haitien.

« Aucun peuple ne doit accepter la misère, la pauvreté, la violence de manière défaitiste » ont soulevé les prélats haitiens enjoignant les plus hauts responsables de l’Etat à assumer leurs responsabilités pour la bonne marche du pays et des institutions.

L’Eglise Catholique invite les dirigeants haitiens « dans un sursaut de conscience à mesurer l’ampleur de leurs échecs accumulés et en tirer les conséquences« . Les Evêques insistent que c’est « maintenant qu’ils doivent agir pour changer la vie en Haïti. Demain sera trop tard« .

Les Evêques en terminant leur note qui, à coup sûr, a un poids non négligeable dans l’analyse de la crise avec un président indexé dans la dilapidation de fonds de Petro Caribe et entêté à traîner avec lui tout un pays dans un ‘shithole‘, exhortent le peuple haitien à « s’unir pour dérouter l’insécurité, la corruption, l’impunité, la violence et tous les germes de mort« , car, ont-ils-rappelé que « Dieu nous a créés pour la vie et nous avons le droit d’exister et de vivre dignement« .

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.