Compte-rendu à Louis Pierre Bien-Cher, 10 ans après sa mort

0
329

Jeudi 26 septembre 2019 ((rezonodwes.com))–

Mon regrettable ami Bien-Cher

Je pleure à l’idée de déranger ta paix éternelle. Et comme Shervens te le dira, notre dernier messager qui n’a pas voulu vivre le suicide générationnel, tes rêves d’un bien meilleur pays veulent te suivre au tombeau. 

C’est la mort dans l’âme, des soupirs qui ne soulagent pas mon effroi que je me suis permis cet exposé de la situation à ton grand esprit, un compte-rendu sur l’indignité. C’est pas non plus avec cette  même tristesse qui me dévastait ce 20 Février 2009 où j’ai appris la nouvelle de ta disparition, mais plutôt avec déception de te dire nos malheurs. 

Je me porte volontiers à le faire juste pour garder en mémoire de certaines  pratiques du temps où  je te soumettais mes textes  pour correction durant tes passages  à Port-de-Paix. Quand j’exerçais ma voix  immature avant cette  séance de déclamation à l’émission « Pluriculture » qui n’a jamais eu lieu. La mort nous a joué un mauvais coup.

En parlant  de Pluriculture, laisses-moi te dire  que l’émission résiste toujours avec  le même format. Des jeunes, surtout des corregionaires passionnés de la culture retiennent le flambeau  avec mérite. Quant  à la radio, je ne sais  pas quelle  vision elle  avait  rivé  sur l’an 2000, mais  aujourd’hui, elle doit se fixer une autre  au moins, et cette fois-çi ça doit  être spécifiquement  pour le Pays qui traverse ses plus mauvais jours.

Magique est toujours là, peut-être pas à l’état neuf  qui t’a attiré à l’époque. Je ne sais  pas si elles  ont un micro, une rubrique, une salle  quelconque qui porte  ton nom pour garder  vivant  ta mémoire. Je sais, par contre, à Port-de-Paix, la jeune  station « Radio Génération 80 » t’a fait cet honneur; son studio et le micro principal portent  ton nom. Ticket magazine vivote dans un format  qui ressemble à un portfolio. Ce n »est plus  ton ticket où  on lisait des articles très bien  fagotés sur Vendredi Littéraire par exemple qui semble  n’est  plus au même niveau que la RTNO  et l’Alliance Française de Port-de-Paix.

Mon frère, je sais que tu avais vu la signature de l’accord de Coopération Énergétique PetroCaribe en 2007, en bon patriote comme bon nombre de nous, tu gardais en lui  l’espoir des jours  meilleurs. Détrompes- toi mon frère ! « Nèg  yo manje tout  kòb la ». Plus de 4 milliards de dollars ont  effleuré le sol national, il ne reste même pas  certains documents de transactions voire la trace des projets pour lesquels ces fonds ont été décaissés. Comme disait un autre grand ami  en commun en l’occurrence Alexandre  Telfort Fils  » Après la mort de l’empereur, c’est le plus grand crime contre la République ».

Moins d’un an après  ton  départ pour ce long voyage, un séisme de magnitude 7.3 a frappé Port-au-Prince. Les dégâts étaient considérables. Selon les données de la DPC, environ 300 000 personnes ont perdu leur vie et les pertes  matérielles ont été estimées à plusieurs milliards de dollars. A cet effet, tous les projecteurs du monde avaient mis  le focus sur Haïti. Un fonds de reconstruction 《CIRH》a vu le jour sous le coup des émotions  des uns  et des autres. « Nèg  yo manje tout kòb  la  ankò  Bien-Cher ». Ce n’est pas par effet de style je te disais que les choses vont de mal en pis, c’est  bien  notre  triste  réalité mon ami.

Autre que la vie que tu aimais tellement, rien  d’ici ne peut pas t’inspirer le sentiment de regret de ne pas y être.

Mon ami, environ 3 ans  après la signature  de l’Accord Petrocaribe, plus d’un an après le séisme meurtrier, à travers des élections auxquelles on peut attribuer toutes sortes de qualificatifs sauf  crédibles, Michel Joseph Martelly alias  » Sweet Micky » a remporté  la victoire sur Mirlande Manigat, oui la femme  du professeur François Leslie  Manigat, qui est parti avec le regret de ne pas avoir vu poindre à l’horizon les petits rayons du soleil de la nouvelle République. Je souhaite  bien que votre  chemin se croise. J’imagine déjà l’ampleur d’une telle causerie.

La transition démocratique 33 ans après n’a pas jeté les bases pour la construction d’un pays par les haïtiens et pour les haïtiens. L’ignorance, la violence, la haine sociale, la corruption continuent de s’abattre  sur une Haïti complexe guidée par un président dépourvu de toute expérience politique et de la gestion des choses publiques. Les bilans  semblent aussi lourds  que ceux  du tremblement de terre. Le Parlement est tombé comme les tours du Word Trade Center le 11 septembre 2001.

Frère, je t’évite certains détails et autres faits marquants dans ce compte rendu non seulement pour cesser de te raconter des choses qui dérangent mais également pour ne pas accorder la longueur de nos problèmes à ce compte rendu. Cependant, je ne veux pas en terminer sans au moins vous dire deux choses qui peuvent te réjouir et donnent du même coup à ce rapport un élan de positivité. C’est la fin d’une politique.

Hâtivement, je veux te  dire que Danny  Laferière a été intronisé à l’académie française, d’autres écrivains et musiciens haïtiens ont   obtenu des prix internationaux pendant  ces 10 dernières années. La littérature, la musique  et le sport sont  les seuls  secteurs qui nous restent comme  peuple. En tout dernier  lieu, je t’annonce mon frère que la jeunesse Nord’ouesienne organisera une soirée d’hommage en ta mémoire et un prix  d’écriture qui sera décerné chaque  année portera ton nom et celui de Shervens.

Je termine pour dire mes regrets de ne te laisser que satisfaction de ne pas avoir vécu et surtout dans l’espoir de te lire bientôt parce qu’aujourd’hui en Haiti tout espoir est imaginaire.

Jordan  H. Verdule

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.