Margaret Papillon : Temps de bohème … Temps de poème … Il est venu un temps …

0
166

TEMPS BOHÈME… TEMPS DE POÈME…
IL EST VENU UN TEMPS…

Jeudi 19 septembre 2019 ((rezonodwes.com))–

Il est venu un temps…  présent tout à fait imparfait…
Où l’on se doit de prendre le temps 
De se questionner sur nos propres repères
Notre propre rapport au temps… un mauvais… temps composé… décomposé… Quel sale temps !

Il est venu un temps… à mettre au passé… simple…
Où l’on se demande anxieusement à quoi a servi l’école 
Dans notre vie de peuple si nos connaissances n’ont pas su nous empêcher 
de glisser vers le néant abyssal qui est nôtre aujourd’hui

Il est venu un temps… mélancolique…
Où nos agronomes voient notre belle terre leur glisser entre les doigts…
Où nos ingénieurs et nos urbanistes font le sombre constat du chaos existant dans l’aménagement de notre territoire… et de nos espaces de vie…
Où nos éducateurs sont abasourdis du bilan des errements de notre belle jeunesse sur les
Chemins d’une dépravation annoncée…

Il est venu un temps… sans conditionnel…
Où nos médecins pleurent l’état de nos hôpitaux…
Un temps où… nos malades préfèrent rester chez eux plutôt 
que de séjourner dans nos centres hospitaliers. 

Il est venu un temps… de désolation 
Où nos rêves s’effritent et s’éparpillent aux quatre vents à un 
rythme vertigineux sous nos yeux ébahis.

Il est venu un temps…
Où nos mains impuissantes ne savent que sécher nos larmes.
De grâce, arrêtons de perdre notre temps !

Il est aussi venu un temps…  un futur simple… un futur proche…
De se ressaisir et de prendre à bras le corps notre destinée en disant « Non » à cette corruption rampante qui nous ronge, tel un cancer, jusqu’à l’os… un temps où il est impérieux de dire adieu à nos pulsions insensées 

Il est venu un temps… 
Où nous aspirons au plus que parfait, un temps où il faut se départir du « Ayez pitié de moi !», plus que néfaste, pour nous prendre sérieusement en main…   

Il viendra de même un temps… un futur radieux… que nous aimerons tant…
Où nous pourrons respirer un air plus sain, où nous nous empresserons de 
voler une minute au temps pour admirer un merveilleux coucher de soleil, ouvrir grands nos yeux sur la beauté des flamboyants en fleurs, savourer nos mangues juteuses et humer avec bonheur le parfum de nos jasmins et de nos Ylangs-Ylangs… un temps propice à faire des baise mains à l’intelligence et des révérences à la moralité et au bon sens.

C’est maintenant où jamais le temps… heureux… Impératif… de dire « autant », et
D’offrir à nos enfants innocents et joyeux et aux générations futures le
meilleur de nous… le meilleur du monde ! C’est tentant !

Margaret Papillon
Miami, Floride, le 13 septembre 2019
© All rights reserved / tous droits réservés

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.