Haïti- alphabétisation : Le CODDEMIR invite tous les secteurs de la vie nationale à mettre tout en branle pour annihiler ce facteur de sous-développement

0
107

Mardi 10 septembre 2019 ((rezonodwes.com))– À l’occasion de la journée mondiale d’alphabétisation, le collectif des organisations pour la défense des droits des migrants et rapatriés (CODDEMIR) réitère son engagement à agir pour la dignité humaine en exigeant des actions concrètes de la part de l’Etat haïtien.

En 1958,  l’UNESCO définit l’alphabétisme comme le fait qu’une personne peut à la fois lire et écrire un énoncé simple se rapportant à la vie quotidienne en le comprenant.  En 1978, l’UNESCO adopte une définition de l’alphabétisme fonctionnel : c’est le fait qu’une personne peut se livrer à toutes les activités qui requièrent l’alphabétisme aux fins d’un fonctionnement efficace de son groupe ou de sa communauté et aussi pour lui permettre de continuer d’utiliser la lecture, l’écriture et le calcul pour son propre développement et celui de la communauté.

Dans un article publié par Ritzamarum Zétrenne dans le quotidien haïtien « Le National » le 7 septembre 2015, il nous informe qu’il y a trois millions d’Haïtiens qui sont inaptes à lire et à écrire. À en croire Zétrenne, la majeure partie de cette communauté est féminine (soit 52%). Et trois (3) Haïtiens sur dix (10) seraient encore analphabètes selon des chiffres avancés lors d’un Forum national de deux jours sur l’alphabétisation et l’éducation des adultes, organisé les 15 et 16 juin 2015, à  l’initiative du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) et de la Secrétairerie d’Etat à l’alphabétisation. Mais qu’a fait l’Etat haïtien pour combattre ce problème social ?

Témoin de Marbial. Ce programme a été réalisé dans six sections rurales du département du Sud-Est. Mais, la plupart des participants était des enfants. Et nous n’allons pas oublier le projet ONAAC sous Duvalier.

 Avec la fin du régime duvaliériste en 1986 et la campagne Alpha (1985-1988), un grand effort a été enregistré du côté des étudiants en vue de l’alphabétisation d’une grande majorité de la population haïtienne, rapporte Paul DEJEAN dans son ouvrage intitulé « Kisa gouvènman peyi a janm fè ant 1943 ak 1988 pou l regle koze  pa konn ekri ak pa konn li ann Ayiti », paru en 1990. Seules les autorités  publiques ont imposé leur refus, a-t-il souligné.

Malheureusement ces basses œuvres n’ont pas été corrigées. Aujourd’hui,  Le CODDEMIR pense que l’alphabétisation est le nœud gordien  de tout progrès social, économique et culturel. En 2019, en plein XXIème siècle, nous ne pouvons pas nous permettre qu’il y ait un seul analphabète dans la société haïtienne. C’est pourquoi  Le CODDEMIR  invite tous les secteurs de la vie nationale à mettre tout en branle pour annihiler ce facteur de sous-développement.  L’analphabétisme est un corollaire de la misère. C’est intolérable que les autorités du pouvoir exécutif ainsi que nos Législateurs continuent de fermer leurs yeux sur cet indicateur de sous-développement.

PIERRE GAROT NERE
Directeur exécutif
Tel :37174703
E-mail :coddemirht@yahoo.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.