Sans budget, sans organigramme opérationnel, Jovenel Moise poursuit la remobilisation de son armée

2
326

« Notre histoire de l’armée en Haïti laisse dans la mémoire de nombreux mauvais souvenirs » admet le président Jovenel Moise

Surnommées en juin 2017, un « atelier du démon » par le général américain à la retraite, John Kelly, ex-haut cadre de l’administration Trump, le président Jovenel Moise déclare que « la remobilisation des Forces Armées d’Haïti est plus qu’une promesse de campagne, c’est une exigence constitutionnelle et une nécessité historique « . Alors qu’une exigence constitutionnelle voudrait que des élections législatives se tiennent également en octobre pour renouveler le personnel politique, un pilier de tout système démocratique en vogue dans un pays où l’on dit prôner « l’état de droit »…

Samedi 17 août 2019 ((rezonodwes.com))–« Je ne suis en aucun cas contre la remobilisation des Forces Armées d’Haïti, je suis tout simplement tombé en désaccord avec les procédures mises en place par Jovenel Moise » a indiqué le sénateur Youri Latortue, un ancien officier des FAd’H. Une armée qui s’est constituée après 1915 et qui a fait et défait les gouvernements d’Haïti jusqu’à être réduite aujourd’hui en peau de chagrin, quoiqu’on dise, quoiqu’on fasse.

La remobilisation des forces armées est plus qu’une promesse de campagne, a déclaré le président haïtien, Jovenel Moise, lors de la cérémonie de remise des diplômes à la base militaire d’Anacaona, non loin de la ville de Léogane.

Après plus d’une vingtaine d’années, 15 officiers, 250 soldats et 50 aspirants sous-officiers qui sont prêts à servir et préparés à « défendre la Patrie » ont obtenu leur diplôme », a déclaré le chef de l’Etat.

« Notre histoire de l’armée en Haïti laisse dans leur mémoire de nombreux mauvais souvenirs« , a reconnu Jovenel Moise, bien que les nouveaux soldats aient juré de servir le pays, sans oublier les grands défis qui les attendent.

Rappelons qu’en 1995, l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, un autre président haitien mégalomane à la Duvalier, croyant être au fait de sa gloire, a démobilisé l’armée, qui comptait alors plus de sept mille soldats et avait besoin de 40% du budget national.

2 COMMENTS

  1. Sècuritè se pi gro bagay Haiti bezwen aprè èducation. Si moun pa ka vaquer librement pou okipè zafer yo , pèyi blokè. Fok gouvernman gen kontrol la rue a d’abord avant li okipèl de travail.

    • Yo paka mete PAPA DOC nan menm paj ak nome Aristide. Yo pa rapote Papa Doc te pase maladi foli. Men yo di Aristide te pase maladi foli. Se Posib mwen pa kwe yon neg ki te Afime angranjan « Kapitalis se peche motel, » ta mande menm peyi li tap trete konsa a pou vin kraze Prodiksyon nasyona lakay li ak fe okipe peyi l. Menm nan rev mwen paka we yon Voksal. Yo di metsen Ayisyen ki fe dosye a nan lari pa fouti vizite Ayiti poul pa konnen yon so’ tankou Jean Leopold Dominique, Venel Joseph…, Jocelyne Pierre (PNH) ak Oriel Jean.

      Pase 7000 solda FADH te Bezwen 40% nan Bidje nasyonal la. Jodi a mwens 140 Malandren yo rele palmante gen menm gwo Bidje a tou. Pa bliye nome Aristide te gen mwens 30 mesene ki tap fe sekirite l, Lajan yo te touche te depase Bidje PNH. E poutan nan moman an PNH te gen 3000 polisye. Se Avadra ki paka fe peyi. Nou Bezwen moun ki ka fe peyi. Malandren yo gen pase 33 lane depi yap drive peyi a, mennen l nan Santo’ a.

      Gouvenman sa a paka gen kontwol lari a, li pat travay pou sa. Ou pa bezwen menm pale de travay. Pa gen oken gouvenman ki ka kreye travay nan KAO ke l kreye.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.