Cette primature: une bicéphalie causant la céphalée !

0
404

Qu’ils soient deux frères consanguins, utérins, germains, siamois ou jumeaux, aucune cohésion dans les affaires de l’Etat ne peut être espérée de cette grossesse ectopique engendrée par ce régime politique kwashiorkor. Un fait insolite supplémentaire pour offrir la cerise sur le gâteau dans cette arène infernale de l’incompétence et de l’indécence : deux têtes occupent officiellement et simultanément l’unique siège de la Primature.

Samedi 17 août 2019 ((rezonodwes.com))– Lorsqu’à une même période, un fils présente à ses parents deux, trois ou quatre fiancées les persuadant que ce sont les âmes qui détiennent la clé de son cœur, les parents peuvent déduire, sans risque de se tromper, que le cœur de leur enfant est privé d’amour, vide de sens et d’essence.

Cette analogie est utilisée pour exposer la situation actuelle de la primature, institution prestigieuse, soit la deuxième plus importante entité de l’exécutif, occupée contre toute attente, contre tout principe, contre les prescrits de la constitution, par deux têtes distinctes.

Quand une position devait être dévolue à une seule personnalité, et que l’on y constate une multicéphalie, on comprend tout bonnement que ledit poste est vide, sans occupation, sans mission, sans dirigeants, sans capitaine. « Kabrit ki gen anpil mèt, mouri lan solèy ! ». Ceci nous amène au contexte bizarre d’une praxis politique bourrée d’incohérence et d’ambiguïté de cette éminente institution bretelle du pouvoir exécutif. Mégalomanies, gaspillages, gestions aveugles des ressources publiques, panne de vision et de leadership, notre pays se trouve simultanément gouverner par un gentil Lapin et un enfant prématuré à la primature.

Tous les deux, Jean Michel et William sont au petit soin de la République ; ils font usage des ressources logistiques et financières de l’Etat ; ils se déplacent, mangent, boivent, dorment, au frais de la princesse ; en tête à tête, sur les mêmes tables rondes et obliques, ils répondent à des invitations officielles. Quel est donc le titre sans-équivoque à attribuer à l’Administration politique actuelle : Moïse-Lapin ou Moïse-Michel ? Ces deux apprentis politiciens administrateurs détiennent simultanément la latitude d’ouvrir ou de fermer à volonté les portes stratégiques de cette entité décisive du pouvoir exécutif.

Perdu dans des exercices de simulations cérébrales et dans un imaginaire hallucinant, le citoyen avisé se demande : quelle posture physique ces PM sont-ils parvenus à maintenir sur la chaise bourrée de la primature? Sont-ils assis l’un sur l’autre, face-à-face, l’un à côté de l’autre ou font-il de l’alternance sur ce siège éjectable, avec des horaires préalablement définis entre eux ? Quête de vérité et de lumière, satisfaction de la curiosité publique et engagement citoyen obligent ; les médias, les institutions de vigies, les acteurs de la société sont interpellés à fournir des réponses claires et nettes sur ces doutes cartésiens et ces préoccupations justifiées dans la gestion de la chose publique.

La primature, actrice principale de la conception et l’implémentation de la politique publique

La Primature est une instance gouvernementale axiale qui assure des fonctions politiques, administratives et techniques fondamentales pour la bonne marche, la stabilité sociale et le développement économique du pays. Par ses fonctions vitales, la primature est au pays ce que le sang est au corps. Ce cerveau de l’exécutif commande deux organes dans le cadre de son fonctionnement, un  secrétariat particulier et un cabinet.

Si le secrétariat particulier s’imprègne des dossiers administratifs et de la régie, le cabinet est constitué, pour sa part, d’un conseil chargé d’assister le Premier ministre dans la conception, la définition, l’élaboration et l’implémentation des actions politiques stratégiques du gouvernement. Conseillers techniques, chargés de mission et consultants pluridisciplinaires sont les principaux spécialistes qui garnissent le cabinet du PM. Le Premier ministre peut mobiliser ces ressources humaines dans tous les secteurs jugés nécessaires, notamment dans les domaines de la défense, la sécurité, la politique économique et financière, la politique étrangère, la coopération externe, la politique sociale, les affaires juridiques et judiciaires, etc. Dans une approche synchronisée, cette équipe technique du Cabinet devrait s’atteler à travailler en permanence avec les cadres des différents ministères sectoriels pour animer des ateliers de discussions et de réflexions critiques afin d’aboutir à des propositions judicieuses pour de meilleures orientations dans l’exécution des projets de société.

Quand une équipe politique défraie la chronique avec des amalgames, des confusions et de la cacophonie dans les attributions officielles, en déléguant ce pouvoir quasi-omnipotent à ses petits copains, à quoi donc peut-on s’attendre dans l’implémentation des actions publiques, sinon que des désastres, des catastrophes et des télescopages. En plus d’une violation grave des références constitutionnelles, il est impossible d’arriver à une harmonisation des agendas, des protocoles, des planifications dynamiques et des représentations sociales de ces deux représentants d’une seule entité. Ces fruits amers issus de l’entêtement opiniâtre dans la médiocratie et la mauvaise gouvernance traduisent une véritable situation de tour de Babel.

A l’instar de deux premiers ministres conjointement en poste, les malversations et la confusion sont toujours logées à la même enseigne. Nul ne peut espérer bonne gestion, bonne gouvernance là où la confusion règne en maîtresse.

De ces deux premiers ministres en activité non officiellement installés, recevant des instructions d’en Haut et  passant des ordres en bas, lequel est donc redevable envers l’Etat ? Lequel est habilité à endosser les grands dossiers de la République ?

Dans sa détermination d’offrir des spectacles inédits et des prouesses dans la gouvernance politique malsaine et ectopique de la République, ce régime ne veut définitivement laisser aucune chance, aucun brin d’opportunité à l’équipe adverse de remporter un trophée dans l’indécence et le crétinisme. Ces dirigeants incultes et cupides veulent tout rafler dans ce tournoi de la bêtise et de la mauvaise gouvernance. Ces médiocres politiques de la dernière décennie, sans cœurs mais à plusieurs têtes, accélèrent les dérives sociétales et plongent le pays dans le désespoir, la déception et le chaos.

A quand donc la fin de toutes ces comédies et ces confusions ?

Atavisme héréditaire acquis de la présidence du capitaine des têtes mal calées ; sous les règnes de ce régime sans vergogne, la mal gouvernance et la bêtise s’asseyent confortablement sur les chaises bourrées et dans les fiers salons diplomatiques de la République.

A la lumière de la constitution, le premier ministre, deuxième tête de l’exécutif, est un personnage très puissant, duquel relèvent de nombreuses décisions stratégiques pouvant engager la nation. Il fait office d’ailleurs de première personnalité du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN). A ce titre, il est habilité à ordonner aux autorités policières et judiciaires de prendre des mesures adéquates pour contrecarrer les actes de terrorisme et de banditisme. Dans des temps de vulnérabilité et d’insécurité comme ceux-ci, avec l’exposition permanentes de munitions et des armes de calibres titanesques ; de nombreux actes de gangstérisme et des crimes gratuits sur des jeunes,  des professionnels, des adultes ; il faut des hommes et des femmes d’Etat dignes, honnêtes, compétents et légitimes, capables d’inspirer confiance à cette population bafouée par des mensonges multicolores et des promesses creuses venues de tous les mauvais courants électriques ou alimentaires.

Evidemment, eu égard à cette panne de vision et de leadership, cette méfiance généralisée, ce contexte d’échec et mat de la présidence et du régime ; ce n’est pas un premier ministre mal ou bien installé sur un fauteuil moribond, liquidant des affaires courantes ou mourantes, qui fournira des réponses durables à la misère atroce des couches vulnérables de la société.

Pour évacuer ce marasme quotidien et cette crise pluridimensionnelle dans notre vécu actuel, une intervention chirurgicale s’impose. Les instruments appropriés, bistouris, microkératome et trocart, de formes creuse, pointue et coupante  pour réaliser les ponctions et les biopsies du système afin de se débarrasser de ce cancer politique décennal, sont entre les mains du peuple souverain. Vox Populi, Vox Dei !

Carly Dollin
carlydollin@gmail.com

crédit photo Ticket (page fb)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.