Haïti – 15 août 1969 : il y 50 ans, le régime de terreur instauré par François Duvalier expulsa 9 prêtres haitiens

1
215

Le régime de terreur et de répression imposé au peuple haitien en 1957, et ceci pendant 29 ans, à partir d’élections frauduleuses organisées par les Forces Armées d’Haïti (FAd’H), aujourd’hui réduites à leur plus simple expression, a atteint le 16 août 1969 un point de non retour avec l’expulsion de 9 prêtres haitiens et un laïc engagé…

Et un demi-siècle pus tard, ce vécu gravé sur la carte de la mémoire, est raconté par le dernier survivant, le R.P. William Smart. Celui-ci fut échappé à la folie de Papa doc qui souffrait d’une mégalomanie comparable à celle d’Hitler alors qu’il était tout simplement le président d’un PMA dont lui et son fils, Jean-Claude Duvalier, ont mis toutes les richesses en coupes réglées pour devenir actuellement l’un des plus pauvres et des plus corrompus de la région des Caraïbes

...il était environ 03:00 de l’après-midi quand un véhicule du gouvernement était venu nous prendre manu-militari pour nous transporter à l’aéroport…William Smart

Port-au-Prince, vendredi 16 août 2019 ((rezonodwes.com))–L’Amicale du Petit Collège Saint-Martial appuyée par la Fondation Devoir de Mémoire instruit le débat sur les abus du régime des Duvalier, l’expulsion de 9 prêtes de la Congrégation du Saint-Esprit et un laïc. Le Père William Smarth, dernier survivant des évènements du 15 août 1969, témoigne cet épisode sombre de l’histoire d’Haïti.

Les murs de la salle de conférence du Petit Séminaire Collège Saint-Martial étaient décorés de portraits, de documents, d’articles rappelant les évènements vécus par des prêtres de la congrégation des pères du Saint-Esprit en 1969. Les documents appuyés de témoignages ravivent le souvenir douloureux de l’expulsion de 9 prêtres haïtiens et d’un laïc, coupables d’activités communistes interdites par le régime.

‘’Les officiers, à la botte de François Duvalier, étaient armés de mitraillettes. À la chancellerie, ils ont produit, de manière expresse, nos passeports. Vers 15 heures, un véhicule du gouvernement nous conduisait à l’Aéroport pour nous expulser vers la France’’, s’est souvenu William Smarth.

Le dictateur François Duvalier, rappelle le panel composé de William Smarth, Serge Madhère et Laennec Hurbon, partait en guerre contre les velléités marxistes et les idées révolutionnaires pouvant fragiliser son administration. Des exactions ont été systématiques commises par des Tontons Macoutes contre la population civile. Et les évènements du 15 août 1969 ont bouleversé la vie du Collège Saint-Martial, rapporte un élève, témoin de la montée du fascisme de Duvalier.

‘’L’embarcation vers la France des prêtres blancs a provoqué une onde de choc dans la communauté de Saint-Martial. Le Président François Duvalier avait fait main basse sur le fonctionnement de l’établissement ce qui a contraint la majorité des élèves de Rhéto à abandonner l’institution’’, restitue Serge Madhère, ancien élève du Petit Collège Saint- Marial.

Pour le sociologue Lahennec Hurbon, les intentions du docteur était de créer un clergé indigène, servile et de faire main mise sur les institutions affilées à l’Église catholique.

Les 9 prêtres qui ont connu les nuits de l’exil

Antoine Adrien, Paul Jean Claude, Paul Déjean, Pierre Dejean, Yves Déjean, Max Dominique, Paddy Poux, Wiliam Smarth, Ernst Verdieu, étaient les prêtres expulsés. Et le laïc Pierre Cauvin, les accompagnait également vers cet exil forcé, il y a 50 ans déjà.

1 COMMENT

  1. En regardant l’histoire du pays de 1986 a’ aujourd’hui, Papa Doc n’etait pas le mal absolu. Vous parlez d’elections frauduleuses organisees par les FADH. Li patka lot jan. SE SA MENM.

    Au pouvoir, les amis et associe’s politiques de ces messieurs ont voulu meme imite’ le dictateur Francois Duvalier. Sous Aristide/Preval, au nom de la DEMONCRATIE, le pays avait assiste’ uniquement a’ des ELECTIONS FRAUDULEUSES menant a’ la MAUVAISE GOUVERNANCE et au CHAOS. Plus de 32 apres, le CE PERMANENT n’est pas encore au rendez-vous. Est-ce la faute des Duvalier? NON, mille fois NON!!! Mais plutot la FAUTE des AVADRA dit de gauche et d’extreme-droite.

    Selon un historien tres connu dans le pays, par rapport aux Crimes, Baby Doc n’etait pas le fils de son pere. En le disant le 5 octobre 2014, au micro du journaliste Lesly Jacques, il faisait allusion a’ l’ami des Smart, Adrien, Neptune, Privert… et Hurbon, l’apprenti dictateur Jean Bertrand Aristide. A rappeler, les DUVALIER faisaient Courir le journaliste Jean Leopold Dominique, au lieu de proceder a’ son assassinat. Il y a de cela 5 ans, l’Ordonance du juge Ivikel Dabresil a cite’ le nom de Jean Bertrand Aristide parmi les presume’s Assassins du journaliste Dominique. Non manman pitit li site tou kise Mirlande Liberus Pavert.

    L’ECHEC des marasa Aristide/Preval et du secteur dit democratique dans son ensemble et pour aboutir nan Sendenden Martelly/Jovenel, c’est encore la faute des Duvalier. A l’ecole des Chiliens AYLWIN, BACHELET…et PINERA, ce n’est pas ainsi, ils m’ont forme’. Ils m’ont montre’ de preference, comnent EDIFIER une NATION apres le passage du dictateur Augusto Pinochet.

    « La fondation devoir de memoire » ap fe Labou Te’. Pour parodier le camarade et journaliste Vladimir Augustin, il n’y a pas une fondation devoir de memoire pour les crimes du 17 octobre 1806. Et historiquement, c’est l’option petioniste qui a reussi, menant le pays vers le « Shithole. »

    Par rapport aux amis des Smart, Pean…et Hurbon, je persiste et signe, Papa Doc et Co, n’etaient pas le mal absolu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.