De INM à Digicel, Denis O’Brien va t-il de faux pas en faux pas?

0
187

Les pertes INM de Denis O’Brien pourraient ne pas être son plus grand regret

Vendredi 2 août 2019 ((rezonodwes.com))– Alors que Independent New & Media (INM) entrait dans les bras du groupe d’édition belgo-néerlandais Mediahuis cette semaine, la fin de ses 46 ans en tant que société cotée en bourse a cristallisé une perte qui se chiffre en centaines de millions d’euros pour Denis O’Brien.

L’homme d’affaires aurait dépensé plus de 500 millions d’euros, accumulant une participation de 29,9% entre début 2006 et fin 2013. Son chèque d’Anvers: 43,5 millions d’euros.

Le prix d’achat de 145,6 millions d’euros, qui valait moins de 64 millions d’euros pour le plus grand éditeur de journaux de la République (Irlande), était largement dû aux problèmes bien connus des médias traditionnels. Mais cela reflète également le fait que Mediahuis a hérité de squelettes d’entreprise délicats.

L’Office of Corporate Enforcement (ODCE) examine diverses allégations  d’anciens responsables de l’INM, tout comme la Commission de la protection des données examinant des allégations d’infraction majeure à la protection des données en 2014, dans lesquelles des courriers confidentiels avaient été examinés par une firme externe. du président de l’époque, Leslie Buckley .

L’ODCE a affirmé que l’exercice avait été payé par une société appartenant à O’Brien. Buckley a toujours dit qu’il se défendrait énergiquement contre «chaque allégation» à son encontre.

Entre-temps, la Banque centrale examine les préoccupations de l’ODCE concernant la possible fuite d’informations privilégiées sur l’INM avant que les investisseurs du marché boursier en soient informés.

Ces problèmes peuvent durer des années et compliquent la tâche de l’ancien régime, où O’Brien était l’actionnaire principal.

Mais, bien que M. O’Brien doive regretter le jour où il a pris un téléphone auprès de son courtier pour passer une commande d’actions INM, il peut encore en conclure que ce n’était pas son plus grand faux pas en affaires.

Cela a commencé avec la décision d’annuler l’introduction en Bourse de Digicel

Cela pourrait être la nuit d’il y a près de quatre ans lorsqu’il a lancé un appel public à l’épargne de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) de Digicel , le groupe de télécoms couvrant les régions des Caraïbes et de l’Asie-Pacifique, qu’il avait créé en 2011 fortune en vendant Esat Telecom à BT.

«Nous avons pris la bonne décision la nuit dernière», a déclaré O’Brien, un journal fatigué mais optimiste, à CNBC le 7 octobre 2015, quelques heures après avoir annulé la transaction. « Nous nous sommes réveillés ce matin et nous sommes très heureux d’avoir tiré de l’introduction en bourse. »

O’Brien avait prévu de vendre une participation de 40% et d’inscrire Digicel à New York, mais les investisseurs ne souhaitaient pas, alors que les marchés financiers étaient agités, payer ce qu’il cherchait. Il est entendu que le prix qui lui était proposé impliquait de céder plus de 50% du capital.

«Pourquoi vendre votre jardin devant à un prix inférieur alors que vous savez qu’il vaut beaucoup plus d’argent?», a-t-il demandé. « C’est un sentiment génial de ne pas avoir besoin de financement. »

Digicel avait prévu d’utiliser 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) du produit de l’introduction en bourse pour éponger la pile de 6,5 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros) accumulée en moins de quinze ans sur les marchés des obligations à rendement élevé (junk). . La plupart des emprunts ont été utilisés pour créer des réseaux dans plus de 30 régions. Mais ils ont également soutenu O’Brien en retirant 1,1 milliard de dollars (990 millions d’euros) de dividendes de la société entre 2013 et 2015.

Les années qui se sont écoulées depuis la première entrée en bourse ont vu les revenus et la trésorerie de Digicel se contracter, la dette nette s’élever à 6,7 milliards de dollars (6 milliards d’euros) et le groupe a été contraint de négocier avec les créanciers obligataires l’année dernière avec 3 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) pour retarder le remboursement de leur argent.

O’Brien a défié les sceptiques en réussissant à obtenir un accord en janvier. Presque tous les détenteurs d’obligations devant être remboursés en 2020 et 2022 devaient échanger leurs billets contre des dettes arrivant à échéance deux ans plus tard.

Avec des échéances supplémentaires de 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) venant à échéance en avril 2021, Digicel devra commencer à chercher une solution à ce problème dès la fin de l’année.

Les marchés généraux ne pourraient être plus favorables aux entreprises qui s’endettent. Avec des taux d’intérêt – ou des rendements – sur les marchés obligataires à des niveaux historiquement bas, alors que les banques centrales se lancent dans une nouvelle série d’assouplissements monétaires, les obligations à haut risque sont à la mode car les investisseurs cherchent à éviter les taux négatifs liés aux dettes de rang supérieur.

La Dette

Mais revenir sur son marché des obligations à haut rendement jadis adoré ne semble pas être une option pour O’Brien dans l’état actuel des choses. Les niveaux auxquels une partie de la dette actuelle de Digicel se négocie suggèrent qu’il n’ya actuellement que peu ou pas de fonds propres dans l’entreprise.

Les obligations les plus risquées, soit 979 millions de dollars (881 millions d’euros) sur 2024, Digicel changent actuellement de mains à un peu plus de 17 cents américains par dollar. Quelque 937 millions de dollars (844 millions d’euros) d’obligations 2022 se négocient à 19 cents le dollar.

« Il est probable que la société devra peut-être restructurer sa dette à nouveau, étant donné que sa génération de trésorerie actuelle ne peut pas supporter le niveau de dette », a déclaré Omar Zeolla , analyste du crédit chez Oppenheimer & Co à New York.

Un autre analyste, qui a refusé de se faire nommer, a déclaré que Digicel devait abaisser son niveau de dette à environ 4 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros), soit 2,7 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros), afin de se positionner correctement. « Je pense que le retrait de l’introduction en bourse s’est avéré défavorable pour la société rétrospectivement », a-t-il déclaré.

O’Brien n’est pas sans options. Digicel Pacific Limited, qui héberge le marché traditionnellement le plus rentable du groupe, la Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), n’a aucune dette. Alors que l’économie de la Papouasie-Nouvelle-Guinée se redressait, après quelques années difficiles, Digicel pourrait collecter des fonds en faisant flotter cette unité.

Le groupe pourrait également accélérer les ventes d’actifs, ayant récemment signé des accords de cession-bail sur des tours mobiles. Par ailleurs, le géant français des télécoms Orange détient 346 millions d’euros sur un compte dû à Digicel à la suite d’un jugement rendu en 2017 par un tribunal parisien pour avoir abusé d’une position dominante sur le marché entre 2000 et 2005 dans les Antilles françaises. Un appel de cette décision doit être entendu au début de l’année prochaine.

O’Brien aura besoin de beaucoup de choses pour lui aller dans les 12 prochains mois afin d’éviter ce que les analystes de Moody’s pourraient appeler une restructuration de la dette « en détresse ».

Après avoir obtenu l’introduction en bourse de Digicel en 2015 parce qu’il pensait qu’il cédait trop de son empire à des investisseurs boursiers gloutons, M. O’Brien peut-il éviter de céder une part du marché aux détenteurs d’obligations?

Source Irish Times ( Joe Brennan)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.