A la Saline, les gangs armés s’affrontent sans merci. Bilan 4 morts et des blessés graves

0
127

Pour raison de sécurité, la tenue d’assise criminelle serait même renvoyée avec le Bicentenaire devenu infréquentable. Les gangs armés échapperaient-ils au contrôle de leurs commanditaires ? Ou tireraient-ils leur ficelle à volonté pour faire valoir un besoin pressant…comme par exemple la formation d’un gouvernement de co-habitation alors qu’on disait à tu-tête que celui dirigé par l’ex-PM Céant en était un. Le président Jovenel Moise avait même porté ce thème à la tribune des Nations-Unies

Au moins 4 morts et plusieurs blessés à la suite d’affrontements entre caïds de La Saline pour le contrôle de territoire. Les blessés reçus par l’hôpital de l’Université d’État d’Haïti sont encore dans un état critique, rapporte Radio Kiskeya.

Port-au-Prince, mercredi 10 juillet 2019 ((rezonodwes.com))–Aux premières heures du mercredi, à La Saline, quartier populaire de Port-au-Prince, des seigneurs de la terreur ont fait parler leurs armes. Des tirs à l’arme automatique ont résonné jusqu’en milieu de journée. Des bandits armés liés aux gangs de Bout Jeanjean et de ‘Ti Junior’’ s’affrontaient pour le contrôle d’espace, rapporte un reporter de Radio Kiskeya dépêché sur place.

Au rapport des dommages collatéraux, au moins 4 personnes dans la population civile ont été tuées sur place. Plusieurs blessés transportés à l’hôpital sont encore dans un état préoccupant.

Le marché public de La Saline qui peinait à s’organiser depuis plusieurs mois en raison de l’incendie et du climat sécuritaire fragile, est replongé mercredi dans l’instabilité. Des marchands, pris de panique, couraient dans tous les sens et des passants ont été contraints de se mettre à couvert pour éviter les balles perdues.

La circulation automobile dans la périphérie du quartier La Saline se révélait interdite, jusqu’à la nuit tombée. Dans l’intervalle, des gangs armés imposant leur loi parvenaient à défier les forces de l’ordre et viser le Bicentaire à quelques encablures du Parlement où Gary Bodeau mène campagne pour un nouveau gouvernement de co-habitation sans des partis de tête de pont de l’opposition qui rejettent catégoriquement tout dialogue avec un président accusé de détournement de fonds de Petro Caribe.

À La Saline, les braves résidents continuent de prendre leur mal en patience. Prisonniers des caprices des bandits, leur déplacement est strictement contrôlé. La présence policière manque à l’appel dans ce quartier populaire nourri par le marché public considéré comme un appât qui divise les gangs armés.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.