Jovenel Moise évalué dans les épreuves officielles de la 9è année fondamentale

1
167

La rencontre expresse tenue la veille entre le Chef de l’État, Jovenel Moise et des autorités policières et judiciaires a eu très peu d’incidence sur le déroulement de la première journée des épreuves officielles. À Port-au-Prince, à Saint-Marc, aux Gonaives, à Petit-Goave les candidats de la 9ème Année fondamentale ont vécu la peur

Port-au-Prince, mardi 25 juin 2019 ((rezonodwes.com))– Lundi, aux premières heures, des images de centres d’examen ciblés par des attaques tournaient en boucle sur des réseaux sociaux. À Léogane, la façade principale d’un bâtiment public destiné à accueillir des candidats de la 9ème Année fondamentale a été barbouillée de matière de fécale. Des autorités alertés par la situation ont du intervenir. Aux Gonaives, des barricades de pneus enflammés entravaient la circulation des véhicules et causent l’émoi chez les écoliers. À Saint-Marc, des candidats ont été contraint de vider les salles d’examen après l’irruption d’individus ayant saccagé l’espace. Au bilan, des matériels ont été incendiés, des élèves traumatisés.

Ces suites d’incidents ayant troublé la première journée des examens officiels de la 9ème Année fondamentale ont mis en déroute les consignes des hautes autorités policières défendues la veille.

‘’ La Police Nationale d’Haïti est prête à garantir la sécurité des élèves qui vont aux examens et la manifestation prévue un peu partout dans le pays Lundi, Mardi et Mercredi’’, a promis Michel-Ange Gédéon Directeur général de la PNH.

Les garanties données par le Conseil supérieur de la Police nationale rivalisaient avec des appels à la grève, des menaces de trouble à l’ordre public proférées par des organisations syndicales. En ce sens, deux journées de crève ont été annoncées en vue convaincre les parents à garder les enfants à la maison.

‘’La Brigade syndicale Anti-corruption supportée par d’autres organisations dont RSMTH, la CSTH, la MOSA envisagent d’observer un mot d’ordre de 2 jours de grève’’, a prévenu Sonson Dumé, coordonnateur de la BSAC.

Bilan encore mystérieux

À Port-au-Prince, des mouvements de tensions ont prévalu dans plusieurs coins. Dans les parages du Palais national, des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants ont agité le Centre-Ville. Jusqu’à l’aube, des mystères planaient encore sur le bilan de victimes de ces heurts.

Des dispositions annoncées par les autorités visant à faire régner le calme, n’ont pas eu l’effet escompté. À l’annonce des troubles, des parents ont été contraints d’accompagner leurs enfants car la peur régnait dans les cœurs et le trouble dans l’âme.

Le Chef de l’État, Jovenel Moise essayant de reprendre la main après une période tumultueuse, a vu son autorité mise à l’épreuve. Il ne gouverne presque plus rien mais attention, la machine de contradiction est en branle et essaie de frayer un passage dans l’opinion publique.

Hervé Noël

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.