Une princesse saoudienne sera jugée en France pour « violences sur un artisan »

Définitivement, sauf en Haïti, pays profondément plongé dans la corruption et l’impunité, par-dessus tout qui serait unique en son genre sur cette planète où participer, preuve à l’appui, au détournement de plusieurs millions de fonds publics, n’a pas l’air d’être un acte criminel. Alors qu’en France, la sœur du prince héritier saoudien MBS sera jugée en juillet à Paris « pour des violences sur un artisan«  commises en 2016.

Depuis 2017, elle est visée par un mandat d’arrêt

Mercredi 12 juin 2019 ((rezonodwes.com))–Soupçonnée d’avoir ordonné en 2016, à son personnel de frapper un artisan qui faisait des travaux dans son luxueux appartement à Paris, la princesse Hassa bint Salmane, sœur du prince héritier saoudien, sera jugée à Paris le 9 juillet prochain, rapporte Europe 1, précisant qu’apparemment elle serait jugée par contumace.

La princesse Hassa bint Salmane est visée depuis décembre 2017 par un mandat d’arrêt, notamment pour «complicité de violences volontaires». Elle devrait vraisemblablement être jugée en son absence, représentée ou non par son avocat français.

L’artisan affirme avoir été roué de coups, notamment au visage, et humilié. Le garde du corps de la princesse lui aurait notamment intimé l’ordre de s’agenouiller, les mains ligotées, pour baiser les pieds de la princesse. Au bout de plusieurs heures, il avait pu quitter l’appartement.

L’artisan avait été accusé par Hassa bint Salmane d’avoir vendu aux médias les photos du design de son appartement parisien. Toutefois, selon le récit de la victime à la police, au moment où il prenait une photo de l’une des pièces où il devait travailler, la princesse a demandé à ses gardes du corps armés de s’occuper de lui.

« Il faut le tuer, ce chien, il ne mérite pas de vivre« , s’était emportée la princesse, selon les dires de l’artisan rapporté par Le Point en septembre 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :