Assassinat de Pétion Rospide : Reporters sans frontières (RSF) déplore un climat particulièrement dangereux pour la presse haïtienne

0
96

Inquiétude pour la sécurité des journalistes en Haïti, après l’assassinat de Pétion Rospide, un cri d’alarme lancé par Reporters sans Frontières.

Ce meurtre intervient dans un contexte très tendu en Haïti, rappelle Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine pour Reporters sans frontières. Il précise que « depuis plusieurs jours, les manifestations se multiplient dans plusieurs villes du pays contre le président Jovenel Moïse, empêtré dans des affaires de corruption » avec de « stratagèmes » utilisés pour détourner des fonds de Petro Caribe

Mardi 11 juin 2019 ((rezonodwes.com))–Suite à l’assassinat de l’animateur radio Pétion Rospide et l’agression de plusieurs journalistes, le lundi 10 juin 2019 à Port-au-Prince, Reporters sans frontières (RSF) déplore un climat particulièrement dangereux pour la presse haïtienne, alors que le pays se trouve secoué par de violentes manifestations, pour forcer le président Jovenel Moise à laisser le pouvoir pour « déficit de moralité« .

Le journaliste haïtien de Radio sans fin (Rsf), Pétion Rospide, a été tué par balles dans la soirée du lundi 10 juin 2019 à Port-au-Prince dans le quartier de Portail Léogâne, réputé dangereux, revient Reporters sans Frontières sur ce crime lâche et crapuleux. M. Rospide était au volant de sa voiture lorsque des individus l’ont approché et ont ouvert le feu. Gravement touché, il a pu rouler quelques mètres avant de succomber à ses blessures, déplore RSF dans un communiqué.

Quelques heures avant sa mort, le journaliste-présentateur avait dénoncé à l’antenne les attaques de manifestants contre quatre véhicules de Radio Télé Ginen, incendiés dans les rues de Port-au-Prince ce même 10 juin.

“Les autorités haïtiennes doivent faire toute la lumière sur cette sordide exécution et traduire en justice les responsables de la mort de Pétion Rospide”, déclare Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine pour Reporters sans frontières “Il est par ailleurs de la responsabilité du gouvernement de garantir la sécurité des journalistes qui couvrent les manifestations, dont le rôle pendant cette période mouvementée est fondamental.

Ce meurtre intervient dans un contexte très tendu en Haïti. Depuis plusieurs jours, les manifestations se multiplient dans plusieurs villes du pays contre le président Jovenel Moïse, empêtré dans des affaires de corruption, manifestations marquées par des violences et des confrontations entre forces de l’ordre, manifestants et groupes armés. Le journaliste Richardson Jourdan de la Télévision Nationale d’Haïti, a d’ailleurs été pris à parti et roué de coups par des manifestants le vendredi 8 juin à Port au Prince.

RSF rappelle que le journaliste photographié haïtien Vladjimir Legagneur a été porté du 14 avril 2018. Haïti occupe la 62ème place dans 180 pays du Classement de la liberté du DSRP en 2019.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.