Lapin barbote dans l’illégalité et l’inconstitutionnalité, avec un mandat de 30 jours expiré

0
104

un billet de la rédaction

Installé d’une manière inconstitutionnelle et par décision unilatérale du président Jovenel Moise, le 21 mars dernier, à la tête de la Primature pour un mandat de 30 jours, Lapin se retrouve actuellement sans aucune provision légale pour diriger un gouvernement dysfonctionnel et contre productif.

D’autant plus, tous ont été déjà mis sur banc de touche par les mêmes parlementaires pro-pouvoir cherchant maintenant à recycler quelques-uns d’entre eux, dont Lapin en particulier n’ayant fourni aucun rapport sur les millions décaissés pour le Carnaval des Cayes avec l’invité spécial de Gabriel Fortuné, un autre fonctionnaire démissionnaire « à vie »

Dimanche 21 avril 2019 ((rezonodwes.com))– Beaucoup de personnes ont dirigé notre pays, mais peu d’elles ont laissé une belle empreinte autre que celle de la corruption, de la dilapidation de fonds publics et de blanchiment d’argent, d’assassinat d’opposants, de la liquidation des biens du domaine public de l’Etat… sans départager l’avantage privé du bien public.

A chaque jour qui passe, Haïti s’enlise de plus en plus dans une situation d’État voyou, incapable de respecter les moindres prescrits des lois locales et internationales. L’amateurisme dont font preuve les dirigeants haïtiens est évident: même pour l’approvisionnement du pays en carburant, ils obtiennent une mauvaise mention.

Accrochés à leurs privilèges, les maîtres de Port-au-Prince, excluant Vertières, s’intéressent beaucoup plus à tenter de pérenniser leur pouvoir, au mépris des dispositions de la loi et sans tenir compte de la dégradation des conditions de vie d’une population misérable et à bout de souffle.

Par un tour de passe-passe, contraire au principe de la hiérarchie des lois et en dehors de l’article 165 de la Constitution, le président Jovenel Moïse, tel un prestidigitateur, a sorti de son chapeau de chef d’État, la nomination irrégulière d’un premier ministre intérimaire, sans aucune démission et retrait ou incapacité constatée de son ancien premier ministre, Jean-Henry Céant, censuré avec tout son gouvernement par la Chambre des Députés.

Malgré cet accroc à la Constitution, Jean Michel Lapin, ministre renvoyé par le parlement et bénéficiaire de cette décision présidentielle, sans jamais prouver sa capacité à gérer la chose publique, a accepté d’endosser sa charge, en se lançant sur le même parcours de l’illégalité. Au passage, il est publiquement reproché à M. Lapin d’avoir donné son approbation à plus d’une centaine de nominations irrégulières au ministère de la Planification pour des députés et sénateurs, afin d’aplanir son avenir au sein de ce parlement qui l’avait déjà rejeté.

Une action qui a soulevé la colère des employés de cette institution et provoqué un scandale dans les médias de la capitale, alors que l’État se trouve dans l’impossibilité de payer ses employés, pourtant le chef du gouvernement ne devrait se circonscrire qu’à la liquidation des affaires courantes et non à aucune nouvelle nomination.

Lapin n’a aucun statut ce dimanche à la Primature. Jour « J 1 » du néant constitutionnel et légal

Incapable de trouver une stratégie pour contrer la fureur des gangs qui se sont révélés encore plus actifs durant ces 30 jours d’une gestion calamiteuse, le premier ministre ad interim s’est réveillé dimanche sans aucun autre statut que celui d’un aspirant au poste de premier ministre, en attente de la ratification de sa politique générale au parlement.

Selon la constitution, en effet, la durée de fonction de tout premier ministre intérimaire ne doit en aucun cas dépasser le délai de trente (30) jours.

Alors que va-t-on faire dans cet imbroglio, car finalement, côté gouvernement, on est au jour J1 du néant constitutionnel et légal. Mais, la question qu’on doit se poser est celle-ci : y-a-t-il encore dans ce no man’s land des hommes et des femmes qui se soucient de la loi ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.