Pérou : « Je ne suis pas né pour voler » déclare mardi le président Alan Garcia dans son dernier entretien à la presse

2
61

C’est la chronique d’une mort annoncée. Ses paroles, le choix des mots, quelques heures seulement avant son acte suicidaire, semblaient être une annonce d’une issue fatale qui se rapprochait. « Je ne suis pas né pour voler […] je n’ai jamais exploité les ressources de l’Etat » a affirmé le président dans une dernière entrevue accordée à la presse péruvienne

Mercredi 17 avril 2019 ((rezonodwes.com))–Mardi après-midi, l’ancien président péruvien, Alan García, accusé de corruption, a accordé sa dernière interview à une chaîne de télévision, 24 heures avant son suicide, et au moment de l’exécution d’un mandat d’arrêt préliminaire ordonné par la justice péruvienne.

« Aucun document ne mentionne mon nom, je peux vous dire que je ne suis pas né pour voler, je sais que beaucoup de Péruviens le croient parce que cela s’est répété et que c’est le moyen de criminaliser un politicien qui a gagné deux fois des élections face à ses adversaires« , a affirmé Alan Garcia.

L’entretien a porté sur la possibilité d’un mandat d’arrêt préliminaire contre lui dans l’affaire Odebrecht. L’ancien président García Pérez a évoqué la polémique controversée dans cette affaire au Brésil.

Au cours de l’entretien, il est resté ferme dans ses convictions et s’est défendu contre toutes les accusations portées contre lui et à propos de la récente dénonciation impliquant son ancien secrétaire à la présidence, Luis Nava.

Comme à maintes reprises, l’ancien président a souligné qu’il faisait l’objet d’une persécution. Enfin, García Pérez a nié avoir jamais exploité les ressources de l’État, affirmant qu’il ne s’intéressait qu’à son héritage politique.

2 COMMENTS

  1. Cette affirmation n’a aucune importance, « Je ne suis pas né pour voler… » Il devrait le prouver devant la Justice, mais non pas cette manière. Au Pérou, tous les compartiments de l’État ne sont pas en putréfaction. Les politiciens Kokorat sont dans l’impossibilité de prendre la Justice en otage.

    Je vous demande de dire à votre ami Preval, à la suite d’un nouveau pouvoir, les Petrovoleurs sous son administration seront traqués, lavalassement. Il ne sera pas question uniquement des Petrovoleurs sous Martelly, Privert et Moise. Vous pouvez continuez votre voyage. Les pérouviens conscients ne pleurent pas. La mort du prédécesseur de Martelly n’avait aucun effet sur les vrais patriotes du pays. Un faux démocrate en moins.

  2. Il est temps que les saletés du genre Aristide, Belle-Rive, Martelly, Privert, le pédé, Jovenel payent pour ce qu’ils ont fait du pays, par leur pillage!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.