Des jeunes parlent de santé à l’Église

0
109

La santé mise en discussion à l’Eglise de Dieu de Nazon

par Samuel Josil

Dimanche 7 avril 2019 ((rezonodwes.com))– En marge de la célébration de la Journée mondiale de la Santé —célébrée le 7 avril—, un groupe de professionnels de l’Eglise de Dieu de Nazon ont organisé à ladite Assemblée, sise à l’Avenue Martin Luther King, au # 53, une semaine d’activités baptisée «Sante se Zafè nou tout».

Réalisée du 31 mars au 7 avril, cette initiative se donne pour objectif, d’après les organisateurs, de faire la promotion de la santé à travers l’éducation, la formation et la sensibilisation des fidèles.

C’est toute une première à l’Eglise de Dieu de Nazon : des instructions diverses dans des affiches sur la cour ; des jeunes filles assurant des exercices de lavage des mains aux nouveaux arrivants, tout un décor pour inculquer aux gens le bienfait d’un corps en bonne santé. Au cours d’une semaine, des cadres de tous les domaines scientifiques se sont réunis pour discuter et partager leurs connaissances sur la thématique de la santé, à travers des séances de conférences, de dépistage et des projections documentaires.

« Ki konsekans sa n ap manje ka genyen sou kò nou ; medikaman ak sante, kisa nou dwe konnen ; kòman anviwonnman nou aji sou kò nou ; yon ti mo sou kansè kay fanm ak gason ; kwayans ak sante ; Ann kenbe bouch nou pwòp… ce sont entre autres les sujets qu’ont présenté les conférenciers de différentes spécialités. Par ailleurs, les responsables de l’activité, après chaque présentation, ont adressé des questions au public, et les gagnants reçoivent des documents intéressants dans le domaine de la santé.

À l’heure où la plupart des églises se contentent d’organiser des cultes au quotidien dans l’oubli total des principaux maux rongeant les fidèles, une société où l’exercice de la vente des médicaments se pratique comme celle des friperies, ces genres  d’activités initiées dans cette église méritent d’être encouragées et rééditées pour qu’enfin les gens ne soient plus obligés d’être à deux doigts de la mort pour être obligés de se rendre à l’hôpital.

Samuel Auhsey JOZIL

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.