Mini sommet Mar-a-Lago : Jamaïque et Ste-Lucie maintiennent leur soutien à Nicolas Maduro

4
4

Andrew Holness et Allen Michael Chastanet, respectivement Premier-ministre de la Jamaïque et de Sainte Lucie, n’ont abordé à Mar-a-Lago aucun agenda mettant en vedette Juan Guaido, comme président intérimaire du Venezuela, néanmoins Washington a déclaré qu’ « il accordera un statut prioritaire à ces 5 pays »

Miami, dimanche 24 mars 2019 ((rezonodwes.com))–Rezo Nòdwès a appris que deux des cinq leaders caribéens invités vendredi au mini sommet de Mar-a-Lago, en Floride, ont défendu le principe de non-ingérence dans les affaires internes du Venezuela. Un point que l’Empereur Dessalines avait soulevé au lendemain de l’Indépendance d’Haïti.

Les premiers ministres de Sainte-Lucie et de la Jamaïque, en présence du président américain Donald Trump, le principal hôte de la réunion, ont affirmé vouloir « continuer de considérer Maduro comme le président légitime de ce pays« .

Notons qu’à l’exception du président haitien Jovenel Moise, la majorité des dirigeants de la Communauté des Caraïbes (Caricom) ont réitéré leur position de « non-ingérence » dans les affaires vénézuéliennes lors de leur récente réunion interannuelle à Saint-Kitts-et-Nevis le mois dernier et ils se montraient favorables à la recherche d’une solution pacifique à la crise que traverse ce pays.

Le président dominicain, Danilo Medina, qui a souligné que son pays et les États-Unis sont « des partenaires importants« , a déclaré qu’il était venu à Mar-a-Lago « pour discuter des problèmes de la région » et prêt à profiter de l’appel de Trump pour « collaborer« .

Son de cloche différent du côté du leader haitien, Jovenel Moise, qui à son retour vendredi de Mar-a-Lago, a déballé sur le tapis rouge de l’aéroport une valise de nouvelles promesses. Le président est même allé jusqu’à démentir une information publique reproduite sur le site de FMI concernant le gel d’une bagatelle d’un prêt de $229 millions en comparaison avec les $4.3 milliards de fonds de Petro Caribe dilapidés par les administrations Préval-Belelrive ; Martelly-Lamothe-Laleau ; Privert-Eneck et Jovenel Moise lui-même cité dans le rapport partiel de la Cour des Comptes.

Rappelons qu’au cours du mini sommet Mar-a-Lago, Donald Trump a évoqué l’importance d’une « transition démocratique pacifique » au Venezuela avec les dirigeants de cinq pays des Caraïbes avec lesquels il entend renforcer les relations que la Maison-Blanche considère comme « fortes« .

4 COMMENTS

  1. Prezidan kokorat kou Jovnel Moyiz, se ti vgabon ke meriken mete pou fè tout sa meriken vle donk, sal fè ya sesa mèt li te dil fè, setou.

    • Jovenel nan Enposiblite poul te Aji yon lot jan. Li cheche Sove tet li devan Gran Patwon an. Si Jovenel pa nan mank e melang nan vye Dosye Nwa li pa tap trayi Venezuela. Jovenel cheche Proteje tet li poul pa konnen yon fen pimal ke JB Aristide ki nan Kalabous. Jovenel pito trayi Venezuela pou oken mo’ Evinx Daniel ak dosye Enkilpe pa mennen l nan rout Flex ak Guy Philippe. Gran Patwon an pa toujou mete Bouda X oswa Y ki nan Move Zafe’ depi w pa trayi n ak nan fe’ Frekan ak Gran Chire tankou Manuel Antonio Noriega oswa Guy Philippe.

      Map Redi Anko’, Jovenel se pa yon neg ki kle’ nan yon pil Trazaksyon Finansye nan yon peyi kote moun pa menm gen pouvwa dacha, misye Blije Krab ko’ l nan kont Venezuela, yon fason poul di Gran Patwon an, Fe’ Pal ak Femen Je sou li, Li Lwayal . Gran Patwon an byen Resevwa mesaj la. Nan menm sans lan, se pa tivisye ak res deche’ lavalas « peyi lock » ki ka Dechouke JOVENEL MOISE.

      Peryod nap viv nan peyi a jodi a diferan de lot Mouvman Voye Ale yo. Si se pa sa, pils pase 4 Milya Petro Caribe a tap voye Jovenel Moise ale deja. PETRO CHALLENGE pa yon Bon Mouvvan Sivik Janm mwen di sa Plizye’ Fwa Deja ak gen pwoblem Lideship nan peyi a. Tout bagay sa yo jwe anfave’ Jovenel Moise kap Make Pa Sou Plas ak Tout Ekip Ganste’l ki nan 3 pouvwa yo ak Kontrebandye yo ki kontinye jwenn Avantaj nan Enpote Diri san peye Leta. Se Reyalite a sa nan moman map temine komante’ a.

      • Attention à l’Ostracisme, il faut juger l’homme par sa Politique au commande du pays. En ce sens, il n’est pas différent de tous autres présidents des années perdues (1986-2017). Dans un certain sens, le président Manigat est peut-être l’exception à la règle. Gran Patwon te wè MANIGAT yo twò santi bon pou peyi a. Sanble se Tim Bwa Sèch, Naje Pou Sòti, Banm Chawony Mwen, Eske Sa Deranj ak Nèg Bannann nan li wè ki pi bon pou Ayisyen nan non « Twou A.A. »

        Sous les marassa Aristide-Préval (1994-2001 et 2006-2011/Contrat Blackout), c’était la toute puissance du Néo-liberalisme (Teléco, Ciment d’Haiti, Minoterie d’Haiti, etc). Les administrations (Martelly, Privert et Moise) ont continué sur la même lancée, en faisant peu de cas de la Production Nationale. Ils livrent le pays à la Bourgeoisie Compradore et aux Contrebandiers.

        A cette phase des débats, dans la mesure où une certaine presse et les zefeyis de « pays locked » sont dans l’impossibilité de Renverser le président Jovenel Moise, ils peuvent attendre les élections pour le faire par leurs bulletins de vote. Du plaisant au sévère.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.