Québec – Racisme : le jeune Stanley Jossirain traîne 16 policiers en justice et exige $200 000

0
57

Communiqué du CRARR
Center for Research-Action on Race Relations 

Montréal, jeudi 14 mars 2019 — Seize policiers sont désormais visés dans six plaintes pour profilage racial déposées par le CRARR au nom de Stanley Jossirain, ce jeune noir qui a été interpellé, détenu et pénalisé à de nombreuses reprises depuis les deux dernières années par les policiers de Repentigny.

En octobre dernier, M. Jossirain a dénoncé publiquement ce que lui et sa famille considèrent comme du harcèlement et du profilage racial commis par les agents du Service de police de Repentigny. Suite à cette dénonciation, le CRARR a déposé six plaintes concernant six incidents différents qui ont eu lieu entre le 1er avril 2018 et le 15 août 2018.

Ces plaintes, déposées auprès de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, visent au total 16 policiers et la Ville de Repentigny à titre d’employeur de ces derniers. Dans ces plaintes, le CRARR réclame pour M. Jossirain un total de 200 000 $ en dommages moraux et punitifs, outre des mesures systémiques dont une politique d’anti-discrimination dans les services policiers de Repentigny, la collecte des données d’interventions basées sur la race et la formation obligatoire des gestionnaires et policiers sur l’antiracisme.

Par ailleurs, cinq plaintes en déontologie policières seront déposées ce mois-ci au sujet de ces mêmes incidents. Elles viseront 13 policiers au total. Le CRARR demandera au Commissaire à la déontologie policière de traiter ces plaintes en bloc, afin de mettre clairement en lumière les aspects systémiques des comportements des policiers mis en cause.

Le CRARR encourage d’autres résidents et visiteurs noirs de Repentigny à agir avec fermeté contre le profilage racial, en déposant des plaintes en droits de la personne et en déontologie policière, s’ils se considèrent victimes d’une pratique discriminatoire de la part des policiers de Repentigny. Rappelons que la prescription, ou la date limite, pour déposer les plaintes varie entre six mois à douze mois depuis la date de l’incident dénoncé.

Outre le cas de M. Jossirain, la Ville de Repentigny est actuellement citée à titre de défendeur dans un autre cas de profilage racial devant le Tribunal des droits de la personne. Ce cas implique deux jeunes noirs de 12 ans qui ont été détenus et maltraités en 2013 par trois policiers (dont l’un est aussi mis en cause dans l’une des plaintes de M. Jossirain). La Commission des droits de la personne qui a accueilli leurs plaintes et les représente devant le Tribunal, réclame des dommages de 42 000 $ pour les jeunes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.