Kerlens Tilus dénonce l’opposition et les leaders traditionnels

Lavichè : et l’opposition dans tout cela…

par Kerlens Tilus

« Mon cher Kerlens, du train où vont les choses c’est clair que JOMO ne peut pas terminer son mandat. Ses jours sont comptés même avec le support des Gringos. Le rapport de la CSCCA ajouté à la vie chère, la chute vertigineuse de la gourde, ses mensonges à n’en plus finir, et son implication directe dans la corruption, constituent une bombe  à fragmentation qui ne tardera pas à s’éclater. Il n’y échappera pas. C’est dommage pour Haïti. Ils nous ont bien eus!!! »

Dans ce texte, je compte dénoncer l’opposition et les leaders traditionnels qui n’ont rien à offrir comme alternative au pays, mais qui cherchent à faire de l’argent pour vivre bien. Nombreux sont les leaders et militants de l’opposition qui n’ont pas de professions. Pour survivre, ils sont obligés de se lancer dans le marchandage politique. Plusieurs amis m’ont écrit pour me dire qu’il n’est pas stratégique de « frapper » ou « d’attaquer » l’opposition. Ils avancent comme point de vue que l’ennemi commun est Jovenel Moise et que nous devons nous allier à tous ceux qui luttent pour le départ de Jovenel.

Je vais fixer ma position aujourd’hui pour ses amis proches. En 1994, j’avais 18 ans et j’étais en Philo au Petit Séminaire Collège Saint Martial. J’avais d’excellents professeurs. Je me souviens que l’un d’eux nous avait dit si nous nous amusons à supporter des renégats et des politicailleurs, le pays continuera à plonger et le pire est à venir. 25 ans après, je vis cette réalité.

Pourquoi réclamons-nous la tête de Jovenel Moise. On peut avancer des tas de raisons, mais je m’en tiens qu’à quatre :
1- Jovenel Moise est incapable de gouverner, il ne veut pas apprendre et il est têtu.
2) Jovenel Moise est un président de doublure qui ne travaille dans l’intérêt de la masse.
3) Jovenel Moise est coincé, et maintenant il a recours à la violence organisée(le massacre de la Saline, les turbulences à Village de Dieu et Grand Ravine, sans compter Nan Tunnel à Carrefour Feuilles.
4) Il ment comme il respire et n’inspire pas confiance comme inculpé qui devrait être par devant la justice pour répondre à l’accusation de surfacturation et de blanchiment d’argent.

Ils avancent comme point de vue que l’ennemi commun est Jovenel Moise et que nous devons nous allier à tous ceux qui luttent pour le départ de Jovenel. Je vais fixer ma position aujourd’hui pour ses amis proches. En 1994, j’avais 18 ans et j’étais en Philo au Petit Séminaire Collège Saint Martial. J’avais d’excellents professeurs. Je me souviens que l’un d’eux nous avait dit si nous nous amusons à supporter des renégats et des politicailleurs, le pays continuera à plonger et le pire est à venir. 25 ans après, je vis cette réalité. Pourquoi réclamons-nous la tête de Jovenel Moise. On peut avancer des tas de raisons, mais je m’en tiens qu’à quatre :
1- Jovenel Moise est incapable de gouverner, il ne veut pas apprendre et il est têtu.
2) Jovenel Moise est un président de doublure qui ne travaille dans l’intérêt de la masse.
3) Jovenel Moise est coincé, et maintenant il a recours à la violence organisée(le massacre de la Saline, les turbulences à Village de Dieu et Grand Ravine, sans compter Nan Tunnel à Carrefour Feuilles. 4) Il ment comme il respire et n’inspire pas confiance comme inculpé qui devrait être par devant la justice pour répondre à l’accusation de surfacturation et de blanchiment d’argent.

Alors, aujourd’hui, tous ceux qui sont lucides comprennent bien que le peuple souffre. L’insécurité fait des morts, principalement dans le camp de la Police. Et, il y a un consensus au niveau de la presse pour faire le silence sur les cas d’insécurité enregistrés. J’ai pris le soin d’entendre les interventions de tous les leaders de l’opposition. Voici comment je résume cette opposition. D’un côté, vous avez les modérés qui sont plus ou moins des professionnels qui peuvent apporter une alternative, mais qui refusent de dialoguer.

D’un autre côté, vous avez les extrémistes qui utilisent tous les moyens pour arriver à leur fin. Au sein des extrémistes, il y a deux catégories. Ceux qui ne marchandent pas la lutte du peuple, mais qui n’ont rien comme alternative et ceux qui sont prêts à casser la mobilisation pour de l’argent. C’est en ce sens que Jean Henry Céant vient de distribuer plusieurs millions de dollars et dix leaders ont empoché à eux seuls cinq millions de dollars pour faire baisser la tension. Les modérés veulent intégrer le gouvernement, mais ils veulent des garanties que le pouvoir en place ne peut pas donner. La politique qui se joue aujourd’hui est de retirer Jovenel Moise dans la mamelle du Trésor Public pour boire du lait mielleux à leur tour. Qu’est-ce-que l’opposition propose comme alternative ?

J’ai fait des études en gestion, en économie, en affaires publiques et internationales, pour n’en citer que celles-là. J’ai une bonne idée de ce qu’une Administration Publique devrait être. Comment puis-je m’allier à des hommes et des femmes qui n’ont aucun projet ? Jovenel Moise est un président élu. S’il est incapable de diriger, on doit faire pression sur lui pour démissionner, mais on doit s’assurer que ceux qui vont le remplacer soient à la hauteur de proposer une meilleure alternative. Les analphabètes fonctionnels sont plus nombreux au sein de l’opposition que les professionnels. Ces messieurs ne voudraient pas s’asseoir avec les intellectuels parce qu’ils ont peur de ne pas être éclipsé une fois que l’opposition ait gain de cause.

Au sein de l’opposition, les violons ne sont pas accordés. Et, vous avez l’impression que l’un tire sur l’autre. Il y a une information que j’ai depuis tantôt trois ans, mais j’en parle rarement. J’ai pu certifier que la République Dominicaine finance des manifestations en Haiti. Non seulement la RD finance des manifestations, mais des ambassades étrangères et des hommes d’affaires financent des manifestations pour mettre le pouvoir en place au pied du mur et pour le porter à négocier. C’est ce qu’on appelle le rapport de force. Après le 18 Novembre, Joseph Moise devrait partir, mais il y a eu une négociation avec les extrémistes corsés de l’opposition et plusieurs millions de dollars ont calmé leur fureur. Je n’ai pas peur de citer leurs noms et de dire quel montant ils ont chacun reçu.

Voilà comment on fait de la politique en Haiti. Jovenel Moise sait qu’il a affaire à des vicieux et c’est pour cela qu’il n’est pas inquiété. Bagay la se yon espageti. Nèg yo pa enmi vre. Yo gen menm fanm e yo bwè kleren menm kote. Mon objectif n’est pas de détruire quiconque. D’ailleurs, qui suis-je pour détruire des gens ? Je crois dans la loi du Karma (saw fè, si li ou wè). Nous voulons le départ de Jovenel Moise, certes et aujourd’hui, on a toutes les bonnes raisons de réclamer son départ. Il est bel et bien indexé dans le rapport partiel de la Cour Supérieure des Comptes. Un président devrait être au-dessus de tout soupçon. Comment va-t-il  exercer son autorité s’il a des dossiers louches qui pèsent sur lui ?

Il peut être l’objet de chantage. Hier, j’ai écrit un texte où j’ai donné les principales raisons de la décote de la gourde. Nous savons déjà que le pouvoir Tèt Kale a échoué. Nous savons déjà que ces messieurs au pouvoir n’ont rien à voir avec le peuple. La misère du peuple est le cadet de leurs soucis. Imaginez-vous que pendant qu’il y a une carence d’hôpitaux et de centres de santé, nous avons un hôpital à la Croix-des-Bouquets que le gouvernement turc a fait don à Haiti depuis 2012. Cet hôpital n’est jamais opérationnel. Et, il faut seulement cinquante millions de gourdes par année comme budget pour le faire fonctionner. Eske se pa mechan moun sa yo mechan ? Nous n’avons rien à voir avec Jovenel Moise. Tôt ou tard, il finira par partir et s’il termine son mandat, ce sera la fin de PHTK.

Moi, ce que je réclame de l’opposition est une concertation des modérés et des extrémistes. C’est de voir autour d’une table des professionnels et des experts qui pourront analyser point par point les bévues de Jovenel Moise et dire comment les corriger. Nous avons fait l’expérience avec le Groupe 184 en 2004. Il réclamait le départ d’Aristide et il a eu gain de cause. Quand le moment est venu pour proposer une alternative, ils ont demandé au Blanc de décider. Et tous les hommes d’affaires ont eu des privilèges pendant quinze ans. C’est ainsi qu’on a eu Gérard Latortue qu’on peut reprocher pour certaines choses, mais qui a laissé un livre blanc très intéressant sur la fonction publique. Je peux garantir les membres de l’opposition que si Jovenel part demain matin sous la pression populaire, c’est le Département d’Etat Américain qui aura à choisir un successeur pour former un gouvernement de salut public comme on l’appelle.

Les Américains savent qu’ils ont affaire à des peureux et à des vicieux. Le Département d’Etat Américain a un dossier sur tous les acteurs en Haiti, qu’ils soient politiques, économiques et de la société civile. Ils savent qui sont progressistes, qui sont des réactionnaires et qui sont des politicailleurs. Pour contrecarrer le Département d’Etat Américain, il faut des hommes et des femmes immaculés qui sauront ternir tête avec eux et rallier le peuple derrière eux. Nous n’avons pas de braves dans ce pays ou du plus, les braves font profil bas. Nous regardons l’échiquier politique, nous ne voyons que des mercenaires, des « chyen rigòl ».

Je ne suis pas un politicien et le pouvoir politique ne m’intéresse pas, mais j’ai la certitude quand la compétence sera au pouvoir en Haiti, je servirai mon pays. Je n’ai pas de doute là-dessus. Je suis très confortable pour le moment. J’expose ce que j’ai. Un jour, il y a aura un gouvernement en Haiti basé sur le mérite. Pour occuper un poste, il faut avoir non seulement un diplôme qui atteste la compétence, mais passer des examens pour prouver que tu sois capable de diriger. En plus de cela, il faut un vetting pour voir vraiment si l’on a affaire à un homme ou une femme sérieux, honnête et de confiance.

Avec la transition de Jocelerme Privert, j’ai beaucoup appris. Je peux faire une erreur une fois, mais pas deux fois. Je ne crois plus en ces politiciens traditionnels et je suis convaincu que rien de bon ne peut venir d’eux, car ils sont malhonnêtes au même titre que Jovenel Moise. Remarquons bien. Tous les esclaves à talents et les commandeurs qui font le sale boulot pour les hommes d’affaires et les étrangers, sont tous issus de la paysannerie. Ils se disent être des leaders paysans, mais ils n’ont aucune structure en province. Chavannes Jean Baptiste est un leader paysan. Le père Armand Franklin est un leader paysan. Je ne fais pas confiance à ces messieurs qui s’agglutinent à Port-au-Prince et qui s’offrent comme des prostitués. En fait, ils sont des prostitués politiques.

Je n’ai aucun parent politicien. Mon père a servi honorablement dans l’armée de 1970 à 1976. En 1980, il a laissé le pays sous la menace d’anciens frères d’armes. Un homme qui ne se laisse pas guider par l’argent n’a rien à perdre. Nous savons que Jovenel Moise est un homme avec les mains maculés de sang. Nous savons que Jovenel Moise est un menteur et un président de doublure, nous savons que Jovenel Moise est un racketteur. Mais, les extrémistes de l’opposition donnent une fausse perception d’eux. Ils se disent être de bons enfants, des enfants de chœur.

Nous les avons vus sous le gouvernement de Privert. Nous les avons vus sous lavalas (Aristide et Préval). Le peuple doit questionner l’opposition. Regarder bien, nous n’avons jamais entendu parler de Jude Célestin et encore moins de Maryse Narcisse. Moise Jean Charles agit comme un fou, pendant ce temps, il était le leader qui avait eu une équipe solide qui aurait pu monter un parti politique solide. Ils sont tous à la recherche de miettes, et d’autres veulent le pouvoir pour cacher leurs fautes passées. Je vous assure que beaucoup de leaders de cette opposition sont impliqués de près ou de loin dans la dilapidation des fonds Petrocaribe.

Les Haïtiens continueront à souffrir jusqu’à ce qu’ils comprennent que les idées viennent avant le leader et que tout ce qui brille n’est pas or. Il faut étudier les gens et déceler ce qui les motive. Si nous prenions le temps d’enquêter sur les politiciens, sur les acteurs de la société civile, on aurait une meilleure idée de ces charognards. Au moins, nous savons qu’au sein du secteur privé, il y a une grande majorité de renégats et d’assassins. Il est dur de vivre avec un loup dans une bergerie. A n’importe quel moment, il peut sortir ses griffes.

Il est temps de finir avec l’amateurisme. C’est avec euphorie qu’on avait voté Aristide en 1990. Mais, malheureusement, le type n’avait aucune vision de ce qu’il voulait faire. Il est retourné en 1994, là encore, il n’avait aucune idée de ce qu’il voulait faire de concret. Préval a agi avec le même amateurisme. Martelly est venu, c’était un cocktail d’ignorance et de malhonnêteté. Aujourd’hui, non seulement on a l’ignorance et la malhonnêteté, mais la malpropreté. Mes frères et sœurs haitiens, nous ne pouvons compter sur une opposition qui n’arrive même pas à rédiger un livre blanc et se donner les moyens pour l’exécuter.

Pour prendre le pouvoir, il faut proposer une alternative viable. Nou pa dwe kwè nan bel figi, ni nan moun k ap pale anpil. Jodia fòn wè ide yo, e fòn konn estrateji k ap mete an plas pou lide yo ateri. Les politiciens haitiens pour la plupart ne croient pas dans la compétence et ne sont pas disciplinés assez pour faire de la politique. Voilà pourquoi, ils sont confortables dans la politicaillerie. Je vous dis ceci à quatre jours du 7 Février, si l’on remet le pouvoir à l’un des extrémistes de l’opposition, se wòch pèp la ap, manje poum pa di matyè fekal. Au sein de l’opposition modérée, il n’y a pas plus de deux politiciens capables de faire la différence, malheureusement, ils n’ont pas le charisme qu’il faut. Il y a un tas d’intellectuels et de professionnels qui sont opposés au pouvoir de Jovenel Moise, pourquoi ne pas faire une entente pour permettre à ces intellectuels et professionnels de mettre la main à la pâte.

Frantz Jean Baptiste, auteur d’un livre bien documente sur la diaspora écrit : « Haiti a plutôt besoin d’entrepreneurs et non de cette armada de politiciens qui ne peuvent contribuer en rien à l’essor de ce pays. » J’encourage les progressistes du secteur privé à ne pas financer les leaders politiques ni ceux qui vont aux élections. Avec cet argent, mettre en place un fonds de garantie pour l’entreprenariat jeunesse. Ces bluffeurs ont plus de vingt ans sur le terrain, s’ils avaient une alternative viable, on le saurait déjà. Tenons fermes à la barre. Nou pap sot nan rivyè poun al tonbe nan lanmè. Je suis prêt à discuter avec n’importe quel leader de l’opposition sur ce texte. Je l’ai déjà dit, Jovenel partira parce que les cartes qu’ils détiennent ne sont pas des As. Mais, ce n’est pas l’opposition qui va le forcer à partir. Le peuple et la jeunesse de ce pays feront le soulèvement populaire. A eux de savoir comment ils vont gérer l’après Jovenel pour éviter que les politiciens traditionnels puissent récupérer ce mouvement.

Nous avons besoin d’idées nouvelles et du sang neuf. On peut tergiverser, mais rien de bon ne peut sortir de ce pouvoir en place, de lavalas, du PHTK et de l’opposition traditionnelle.

Kerlens Tilus   02/03/2019
Snel76_2000@yahoo.com
Tel : 631-639-0844

2 pensées sur “Kerlens Tilus dénonce l’opposition et les leaders traditionnels

  • 4 février 2019 à 7:04
    Permalink

    Ki mouch ki pike Kerlens Tilus, reseziw Kerlens, sa fè 2 atik ou mw li, e nan tou 2 ou pase a koté. Li two fasil pou ap diabolize politisyen tradisyonel yo.

    Pandan wap diabolize politisyen tradiayonel, Moun ki nan diaspora mm jan avem mm jan avew lè yo rantre nan gouvenman an haiti se pou plein poch yo, pou yo peye morgage, peye inivèsite pitit yo, yo fè pi mal pase politisyen tradiayonel wap denonsé, dayé ou mm kap pale ou pa fouti dim ou pap cheche yon job an haiti pou al fè dola vet fasil. Se politisyen tradisyonel ki fè goud la pa vo anyen jodi a. Konsey mw ta ba ou Kerlens, Rele Martely mandel yon job epi afew ap mache men sispann pran roulib sou do politisywn tradisyonel pou regle zafew abolocho

    Répondre
    • 4 février 2019 à 10:03
      Permalink

      Misye gen DWA diabolize Politisyen Tradisyonel yo, paske menm FATRA pibon pase yo. Epi yo wont ap vinn pale de PAPA DOC. Sanble yo BLIYE si PAPA DOC te DIKTATE’. E gwo PATRON zon nan lit kont KOMILIS/KAMOKEN yo te Otorize l touye moun.

      Diktate’ Papa Doc Vs Demokrat yo. Men yon tirezime :
      1. Papa Doc te konn Vole’, men yo di li te kite zo.
      2. Papa Doc te gen Ideyoloji menmsi se Nwaris tentennad, men li te gen Efe’ nan sosyete a, fe’ tineg Nwe’ chita nan nenpot inivesite ak nenpot lot kote tankou kkrat Milatray yo
      3. Papa Doc te yon tikras gen Karakte’ ak Diyite.
      4. Papa te yon tikras nasyonalis.
      5. Papa Doc te konn Asime Zak li fe’.
      6. Papa Doc pa renmen Trayi moun li santi ki ave’ l tout bon San Madou.
      7. Papa Doc te Renmen Sipevize, montre Prezans li nan operasyon Tren Lanmo’ touye 19 Ofisye, Inosan oswa Koupab nan Imajinasyon l.

      Demokrat yo
      1. Demokrat yo Vole’, yo pa kite zo.
      2. Demokrat yo gen yon sel ideyoloji se VOLE’ net, e yo Kontan fe’ domestik Milatray ak Kontrebandye yo.
      3. Demokrat SAN KARAKTE ak SAN DIYITE.
      4. Demokrat yo RAYI peyi a, yo Cheche voye menm tiboubout yo al viv nan lot peyi.
      5. Demokrat yo se KRIMINEL, men yo pran Poz tijezi nan po krab.
      6. Demokrat yo TRAYI bon kamarad TUNEB DELPE ak Gerard Pierre Charles ki te pran nan KRIZOKAL « kapitalis se peche motel. » DOC YO, te fe’ pa Jean Leopold Dominique ak paste’ ANTOINE LEROY. Yo te SASINEN yo sou administrasyon gran demokrat RENE PREVAL.
      7. Tout Demokrat yo se KRIMINEL. Yo fe’ tout JIJ ki nan aparey Jistis la tounen VLEN.

      Mwen pa nan Dyasporat menm ak ou. Politisyen tradisyonel ak Dyaporat se menm bagay. Se yon tigoute.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.