« Haïti dans tous ses états » : Sortir de cette tutelle étrangère déguisée ! par Dr Arnousse Beaulière :

3
40

« Haïti dans tous ses états » : Sortir de cette tutelle étrangère déguisée !

par Dr Arnousse Beaulière, Économiste, Analyste politique, Écrivain

Auteur notamment de Haïti : Changer d’ère (L’Harmattan, 2016)

Dimanche 25 novembre 2018 ((rezonodwes.com)) – Depuis des décennies, la « communauté internationale » empêche Haïti d’avancer. Si ses membres, à travers le Core Group, se présentent toujours comme des « amis » d’Haïti, la plupart de leurs actions sur le plan sociopolitique illustrent, bien au contraire, l’adage selon lequel « les pays n’ont pas d’amis mais que des intérêts ».




A la suite des révoltes des 6, 7 et 8 juillet, de la mobilisation du 17 octobre et des manifestations du 18 novembre – sans compter les grèves des 19 et 20 novembre 2018 –, la « communauté internationale » a exprimé, comme d’habitude, ses vives préoccupations en appelant au dialogue. Mais, comme l’a fait observer, dans son tweet du 22 novembre 2018, le correspondant du journal « Le Monde » en République dominicaine, Jean Michel Caroit, elle feint d’ignorer que, « en favorisant l’arrivée au pouvoir en 2011 de @Michel Martelly, le parrain du président @moisejovenel, elle avait semé les germes de la nouvelle crise ».

Personne n’est donc dupe. En se comportant de la sorte, les pays du Core Group, les Etats-Unis en tête, notamment par la voix du diplomate Kenneth Merten – actuel Coordonnateur spécial pour Haïti et sous-Secrétaire adjoint au Bureau des affaires occidentales –, ont réitéré leur appui au pouvoir Tèt Kale.

Leur argument est toujours le même : il faut respecter l’ordre constitutionnel. Le président a été élu démocratiquement, l’alternance politique doit passer par des élections, etc. Or, c’est un secret de polichinelle. Michel Martelly et son poulain Jovenel Moïse n’ont pas été élus démocratiquement par le peuple haïtien, mais choisis principalement par leur patron lors de mascarades électorales !




Il faut rappeler, avec l’essayiste Christophe Wargny, qu’« à Washington ou à Paris, on a cautionné des ‘‘arrangements’’ qui vous cloueraient au pilori dans n’importe quelle bonne vieille démocratie » (AlterPresse, 2015). En d’autres termes, le ver est bel et bien dans le fruit.

C’est pourquoi il est plus que temps de mettre fin à cette tutelle qui ne dit pas son nom. Une tutelle exercée par cette fameuse « communauté internationale » avec ses relais locaux, ce petit groupe de prédateurs sans scrupule !

Pour ce faire, il faut en finir avec le syndrome du larbin qui gangrène la scène sociopolitique haïtienne depuis des lustres, et dont souffre visiblement Jovenel Moïse. Lui qui se dit fils du peuple, il doit arrêter ce « comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de [celle] dont il est issu » (Mediapart, 17 avril 2014). Il faut qu’il sache, une fois pour toutes, que le vrai pouvoir n’est pas entre les mains des « Blancs » qui le soutiennent, pour l’instant, mais, bel et bien, entre celles du peuple haïtien. Ce peuple qui ne l’a pas élu mais à qui on l’a imposé d’en haut et de force.

Tout comme les Américains, les Français, les Canadiens, etc., ne manquent jamais l’occasion de défendre leurs pays, tout comme les dirigeants haïtiens, qui disent aimer véritablement le leur, doivent en faire la preuve en se mettant d’abord et avant tout à son service. Sans quoi Haïti continuera de s’enfoncer dans l’abîme.




En vérité, le fameux Core Group n’a aucun intérêt à ce que le pays sorte durablement de l’ornière, son but est avant tout de tenir Haïti sous tutelle. En revanche, un dialogue inter-haïtien permettra de trouver une issue durable et désirable à cette crise interminable qui ronge la terre des héros de Vertières. Ce dialogue, qui doit être franc et constructif, ne sera possible que si les acteurs haïtiens parviennent tous à mettre fin à leurs politicailleries mortifères en faisant preuve de grandeur d’esprit et d’amour de la mère-patrie. Sans ce sursaut national, ô combien nécessaire, Haïti restera sous la tutelle des « Blancs ». Et ce pour longtemps !

Dr Arnousse Beaulière

La rubrique « Haïti dans tous ses états » est un espace de décryptage, d’analyse et de mise en perspective de l’actualité haïtienne tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. C’est aussi un espace de rencontres avec celles et ceux qui font parler d’Haïti autrement, positivement.

 

3 COMMENTS

  1. Madame Boyer plus grand regarder bien ce sont les dirigeants qui volent le pays où ils font des cadeaux à leurs amis au lieu de donner au peuple et le manque d.industrie aussi tout le monde châle et personne ne change rien comme pétri caraibes

  2. C’est une honte de voir comment nos hommes politiques se mettent à genoux en face du blanc. Pour même un visa nous sommes prêts à vendre le pays. Nous pensons toujours que les blancs nous sont supérieurs dans tous les domaines, alors qu’en réalité ce n’est pas le cas. Prenons le cas de nos policiers; ils sont aussi bien formés et intelligents et mêmes plus intelligents que ceux des nations unis , notre complex d’infériorité nous laisse croire qu’ils sont meilleurs que nous. Ces idiots là sont toujours en Haïti pour nous encadrer; en quoi? Comment un aveugle peut il être le guide d’un homme dont la vue est normale?

  3. Haiti Cherie n’a eu jamais des dirigeants toujours des voleurs et des marionettes qui travaillent pour les ambassades et la classe corompue.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.