Nigeria – Petro Corruption : Le Sénat enquête sur un détournement de $1.5 milliards

0
145

Contrairement à Haïti qui table sur un rapport de la Cour Supérieure des Comptes dont la crédibilité de certains des commissaires traitant le dossier de dilapidation de fonds de Petro Caribe, est mise à rude épreuve, au Nigeria, c’est au Sénat qu’il revient d’intensifier une enquête sur la compagnie pétrolière du pays entachée de corruption




Mercredi 7 novembre 2018 ((rezonodwes.com))– Le Sénat nigérian a annoncé mardi qu’il mettait en place une commission pour enquêter sur des soupçons de corruption à l’encontre de la compagnie pétrolière d’État, qui aurait détourné plus d’un milliard de dollars, sans autorisation du parlement.

En octobre, le Sénat – présidé par l’un des opposants les plus virulents du chef de l’Etat Muhammadu Buhari – avait déjà ouvert une enquête au sujet des 3,5 milliards de dollars de subventions, payés par le gouvernement aux distributeurs, officiellement pour alléger le prix du carburant à la pompe.

La Compagnie nigériane nationale de Pétrole (NNPC), qui gère désormais l’essentiel de la distribution aux consommateurs, a déclaré cette somme au cours des derniers mois, la justifiant par la hausse du prix du baril. Mais ce montant est jugé par certains comme exorbitant et surévalué.

Le Sénateur Ahmad Lawan a fait savoir sur son compte Twitter que « le problème se pose particulièrement pour le 1,05 milliard de dollars, qui était destiné à la Compagnie nigériane de Gaz Liquéfié« , et dont l’attribution à la NNPC sans l’autorisation du Parlement a été révélée il y a quelques jours dans la presse locale.




Ironie du sort car le Nigeria, premier producteur de pétrole en Afrique, près de 2 millions de barils par jour), dispose de très peu de raffineries et doit réimporter la quasi-totalité de l’essence consommée quotidiennement par ses 180 millions d’habitants.

Rappelons qu’au Nigeria, l’essence importée est subventionnée par le gouvernement dans le cadre d’un programme de plus en plus opaque perçu, selon la presse locale, comme un réseau tentaculaire de clientélisme et de mauvaise gestion assimilée à de la corruption.


(c) AFP


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.