L’ex gouverneur de la BRH, Fritz Jean, lance une nouvelle attaque contre Jovenel Moise

Fritz Jean répond à une sommation d’Agritrans par une sommation à Jovenel Moise et Pierre Richard Joseph

Samedi 30 juin 2018 ((rezonodwes.com))– L’avocat du professeur Fritz Alphonse Jean, Maître André Michel, a fait signifier ce Jeudi 28 Juin 2018, une sommation aux sieurs Pierre Richard Joseph et le président Jovenel Moise, respectivement Président- Directeur Général et ex Président-Directeur Général d’Agritrans, leur demandant de communiquer, au de nom de la transparence et de la lute contre la corruption, les pièces suivantes :




« La patente de fonctionnement pour les dix dernières années, le Quitus fiscal pour les dix dernières années, les différentes déclarations définitives d’Impôt pour les dix dernières années, la liste des Actionnaire et les États Financiers pour les dix dernières années avec relevé des opérations bancaires corroborant les données financières d’Agritrans, étant donné qu’il s’agit d’une institution bénéficiaire des Fonds de l’Etat. »

Rappelons qu’il y a quelques semaines, le professeur Fritz Jean, ancien gouverneur de la Banque Centrale d’Haiti, avait révélé au cours d’un exposé à l’Université Quisqueya, que pour exporter une cargaison de bananes, en septembre 2015, la compagnie Agritrans fondée par Jovenel Moise, avait payé 25 000 dollars à un bateau alors que les marchandises transportées ne valaient en fait qu’environ 10 000 dollars.

Cette déclaration, reprise par la presse avait fait l’effet d’une bombe dans les milieux politiques haïtiens, vu que cette information, si elle se révèle vraie, laisserait penser que cette compagnie a été mise en place à des fins de propagande électoraliste ou de blanchiment des avoirs illicites.




Les dirigeants actuels de cette compagnie, qui a pu lancer ses opérations grâce à un prêt confessionnel accordé par la FDI sous le parrainage de Michel Martelly, alors président de la République, avaient rapidement réagi et sommé l’économiste, en date du 19 juin 2018, lui faisant injonction de faire retrait de ses propos liés au fonctionnement de cette société commerciale.

Mais, loin de faire marche arrière, Fritz Jean  a préféré lancer une nouvelle charge pour forcer les propriétaires d’Agritrans à jouer la carte de la transparence, sous peine de voir la réputation de l’institution prendre un sacré coup de flétrissure à cause des doutes soulevées par diverses déclarations dans les médias.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.