Caravane-1ère phase : L’ombre de l’échec! par Kathleen Desravines

4
15

Préoccupations et Considérations

Dimanche 25 février 2018 ((rezonodwes.com))–Les premières étapes d’exécution de la caravane de Jovenel Moise, soulèvent de fortes inquiétudes renforcées par l’acquisition à coups de millions et l’exhibition d’équipements faites par le chef de l’Etat.




Le président a joué au Tonton Noël le 7 Février dernier en exhibant ses « jouets » comme si inconsciemment ou consciemment, il reconnaissait que les chiens continueront d ‘aboyer, pour la simple et bonne raison que la « Caravane », à cette allure et telle qu`appliquée, ne passera pas!

Le programme manque de substance et de consistance. Ainsi le show du Champ-de-Mars devrait servir à jeter de la poudre aux yeux.

Pour une fois, je partage la logique du Sénateur Jean Renel Sénatus, sans questionner ses motifs. Il faudrait en effet demander aux parlementaires de plancher sur le programme « Caravane » du chef de l’Etat et de le passer au crible fin. Il faudrait également insister et souligner que tout programme doit emprunter nécessairement les courroies institutionnelles et étatiques.

La Caravane donne l’effet de petits projets de « ti manman cheri » sans impact majeur, pour la simple et bonne raison que dans son application, ses concepteurs ont failli dans la tache de mettre l’Etat en mouvement. Il ‘ y a pas eu de préalables, ni de préparations au niveau des structures et des institutions étatiques pour implémenter le programme et permettre d’ arriver enfin aux résultats escomptés.

Ramener la « Caravane » dans le giron étatique et faire en sorte qu’ elle circule à travers les différentes institutions nationales, est sa seule garantie d’une certaine réussite. On ne peut plus se permettre d »autres « PetroCaribe« . Et , à ce train , nous en prenons la route.




Les pères conscrits se doivent dans ce cadre et avant tout, d’insister en usant de leurs prérogatives constitutionnelles, pour faire en sorte que, programmes et projets se déroulent dans des cadres institutionnels et n’affaiblissent pas l’ Etat, malheureusement comme c’ en est actuellement le cas.

Dans le cadre de cette « Caravane », la vigilance est de mise. Un chef de l’Etat décaissant par ci, par là sans contrôle et sans aval du parlement, ceci est contraire aux prescrits constitutionnels. Nulle part, il n’ est dit que le chef de l’Etat décaisse ou contracte des prêts.

On se demandait justement les raisons et motifs de ces dépenses extra budgétaires sans contrôle dans le cadre d’ un programme, qui dit viser l’augmentation de la production nationale, mais, qui dans sa conception et son application même fonce tout droit vers l’échec.

Augmenter la production agricole et la production nationale ne peuvent se réduire à l’achat de matériels, sans mesures, ni décisions à tous les niveaux et dans tous les domaines pour faire fructifier la démarche.

La production est une chaîne aux multiples maillons. La première étape d’ exécution du premier projet dans l’Artibonite, consacré à des travaux d’ entretiens routiers et de canaux d`alimentation en eau devant irriguer des terres agricoles et fertiles, n’est pas un projet assez consistant pour fonctionner dans le cadre d’ un programme, avec des dépenses extra-budgétaires illimitées, comme cela est en train de se produire.




Cette étape du programme de la « Caravane » revient de droit au Ministère de l’Agriculture. Cela est même un de des projets-cadre du MARDNR, et des TPTCs, un projet de routine ne nécessitant pas de telles dépenses extra budgétaires et d’inutiles propagandes.

Tout pouvoir responsable et soucieux de rationaliser les dépenses publiques, aurait fait en sorte que ces ministères disposent d’ une augmentation de leurs enveloppes budgétaires pour réaliser cette phase du programme. Période.

Le MARDNR dispose déjà du personnel et de certaines ressources devant réaliser l’entretien, l’aménagement et s’assurer que ces terres soient irriguées. Il suffit de rendre dynamiques les employés. Le pouvoir n’ avait qu’ à renforcer les structures déjà existantes et donner l’impulsion nécessaire au MARDNR et au TPTC pour les mettre à contribution.

L’Etat aurait ainsi gagné en renforcement et les millions profiteraient à revivifier, revigorer ses structures et entités avec de nouvelles directives, une nouvelle orientation et l’addition de ressources matérielles indispensables à la réalisation de projets.

Mais, la Caravane…?

Kathleen Desravines

4 COMMENTS

    • Pourquoi ne pas prendre les mesures adéquates pour que l’argent planifié atterrisse sans détour dans les ministères ciblés?

  1. C du gaspillage.Etant donné que l’Executif n’avait pas un programme politique donc il s’en est servi pour maquiller un peuple sot,un peuple assoiffé de tout et de rien.
    Un jour viendra,cependant,où la nature se mêlera de la partie en jujeant tous ces dilapidateurs,tous ces profiteurs et menteurs.
    Le garant de la bonne marche des institutions Républicaines est le premier a les affaiblir afin d’encourager la CORRUPTION.
    MESYE BAY PEYI A YON CHANS.MANYÈ ITILIZE LAJAN TI PÈP LA NAN PWOFI DEVLOPMAN PEYI A VRE.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.