Les Haïtiens sont devenus plus pauvres en 2017, selon les chiffres de l`IHSI

Tensions inflationnistes, Taux de croissance du PIB le plus bas depuis 6 ans, ralentissement dans le processus de reconstruction post-séisme, 5 milliards de gourdes de déficit budgétaire en moins de trois mois… L`année 2017 n`a pas été tendre pour les bourses des haïtiens qui se sont retrouvés plus pauvres qu`en 2016, selon les chiffres de l`IHSI




Samedi 30 décembre 2017 ((rezonodwes.com))– L’économie haïtienne n’a pas pu faire mieux en 2017 qu’en 2016, a indiqué l`Institut Haïtien de Statistique et d`Informatique (IHSI). Selon les estimations préliminaires, le Produit Intérieur Brut (PIB), en volume, n’a crû que de 1.2% contre 1.5% en 2016. Un taux inférieur à celui de la croissance démographique.

L’analyse de la demande globale indique que c’est surtout la Consommation finale (2.7%) suivie de l’Investissement (0.9%) qui ont tiré la croissance, puisque les exportations, en volume, ont plutôt chuté de 1.2%. La consommation finale a été surtout boostée par la hausse des transferts de la diaspora (15.4%) et l’accroissement de la masse salariale tant au niveau public (8.0%)3 que privé (15.5%).

Il convient de noter que depuis l’année dernière, la branche d’activité de la Construction (Bâtiments et Travaux Publics, BTP), n’affiche plus le dynamisme dont elle faisait montre de 2011 à 2015, ce qui dénote un certain ralentissement dans le processus de reconstruction post-séisme.

Pour sa part, mené par le Commerce (1.3%), les Services non marchands (0.8%) et les Transports et Communications (1.0%), le secteur tertiaire n’est pas en reste avec une croissance moyenne de 0.9% de sa valeur ajoutée.




Par ailleurs, en dépit d’une certaine stabilité du taux de change (surtout à partir du mois de mai), des tensions inflationnistes ont été
quand même observées dans l’économie haïtienne qui a clôturé l’année fiscale 2017 avec 15.4% d’inflation en glissement annuel contre
12.5% en 2016.

On notera toutefois que les tensions inflationnistes ont été beaucoup plus prononcées du côté des produits locaux (16.0%) que
des produits importés (13.3%).

7 pensées sur “Les Haïtiens sont devenus plus pauvres en 2017, selon les chiffres de l`IHSI

  • 30 décembre 2017 à 5:43
    Permalink

    Et cette ordure de Jovenel se permet de se vanter de faire du bon travail tout en bloquant les processus juridiques d’éradication de la corruption. En fait, qu’est-ce qu’un gouvernement avec des voyous receleurs et idiots comme Jovenel et des fous bruyants comme Aviol, peut foutre à la tête d’un État?

    Répondre
  • 30 décembre 2017 à 8:28
    Permalink

    Et si c’tait vous au timon des affaires vous auriez seulement avec la gueule fait catapulter le pays vers le progrès dèsirè. Allons y prenez les ŕènes et montrez que vous pouvez en un an faire ce que tous vos prèdecesseurs n’ont pu en 213 annèes. Bravo!

    Répondre
    • 5 mai 2018 à 4:57
      Permalink

      Gregoire, tu es un con car on ne peut juger ce qui n’est pas en politique mais ce qui est. Donc va trouver tes maîtres, petit nigaud. Tu ignores tout des principes élémentaires de la logique. Ceux qui demandent le vote du peuple doivent faire ce qu’ils ont à faire, moi je ne porte pas candidat donc la question ne se pose pas. Tu es si con Grégoire! C’est comme si un médecin médiocre tuait un malade et que tu demandais aux parents fâchés contre le médecin, pourquoi ils n’avaient pas eux-mêmes soigné le malade. Pauvre imbécile, ils ne sont pas médecins, et c’est pourquoi, ils ont vu un médecin!

      Répondre
      • 5 mai 2018 à 10:18
        Permalink

        Wow! Magnifique comme réponse, et l’analogie est splendide. Bravo monsieur

        Répondre
  • 31 décembre 2017 à 2:31
    Permalink

    Ak yon leta e yon klas dominan reyaksyonè, anti nasyonal ak anti pèp, nou fenk kare pòv e nap kontinye nan wout pou vin pi pòv toujou nan lanfè sa a ke yo fè Ayiti tounen an. Ayiti tounen yon savann kote boujwa ak politisyen abolotcho san eskripil ap fè lajan kap sòti nan tout twou nen yo pandan Pèp Ayisyen ap neye nan lamizè san limit. Sèl solisyon a sitiyasyon sa a, se yon revolisyon sosyal, e ala limit, yon soulèvman demokratik popilè ak travayè kòm potomitan sou direksyon klas ouvriyè a ki pou fèt nan moman nap pale a menm.

    Répondre
  • 6 mai 2018 à 8:19
    Permalink

    Mwen panse nou ka dakó ,pou nou pa dakó Sou tout bagay ,se konsa n’ap ka vini avek solisyon pwoblém peyi nou, kesyon depi yon moun gen kesyon Sou Jan nég sa yo ap dirije peyi ya , moun ki fanatik nég sa yo ki pa fanatik ayiti nou , yo toujou fache lanse move pwopo denigre moun elatriye see pa safe ayiti y’ap regle men plito afé pa yo ….sispann sispann Jan masté- dgi te konn di’l

    Répondre
  • 8 mai 2018 à 4:06
    Permalink

    pa tap ka antann pou nou fe mye nan Ane 2017 la pandan popilasyon aktif peyi a pa sispann kite peyi a akoz premyeman, Leta nou an pa janm kapab defini yon pwojet politik ki pran an konsiderasyon klas pwoletarya, mas la. Dezyeman, yon Elit, Komesan ki pa gen okenn pwoje developman reyel. Rezon, yon Elit pa ka kontante li selman ap achte nan men etranje pou l revann sou mache lokal la. li dwe tou kapab pwodwi yonn ou kek bagay lakay li. E se pwodiksyon bagay sa yo nan yon degre kap bay posibilite ak popilasyon aktif la pou li jwenn yon travay. Map mande eske Klas Elit la tou li menm li pa vini pov. E eske Klas sa pap ranplase pa yon klas kap monte, klas politisyen nou yo ki pa sispann fe komes la koripsyon.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.