Haïti: « La marche du 5 décembre contre la corruption » vue par la presse internationale

Définitivement, il ne sert à rien aux membres des gouvernements actuel et passés ou à leurs fieffés fanatiques et zélés partisans de chercher à minimiser la portée des faits car les informations relayées dans la presse internationale, ne reflètent nullement les opinions des porte-paroles des autorités en place. Cette presse ne ménage pas non plus de faire ressortir que le pays dirigé actuellement par le président Jovenel Moise est encore et toujours le plus pauvre de l’hémisphère et l’un des plus corrompus de la planète, avec plusieurs millions débloqués pour seulement 13 kms de route effectués par l’administration Martelly-Lamothe et des subventions accordées au Parlement par le Palais National et une surfacturation de l’achat de kits scolaires dont l’aboutissement de l’enquête se fait attendre par le Commissaire Daméus





Port-au-Prince, mercredi 6 janvier 2017 ((rezonodwes.com)).-Vite qu’on se l’admette, n’était-ce pas de la corruption, semblerait-il devenir une règle de gouvernance en Haïti depuis la nuit des temps, il n’y aurait, presque 8 ans plus tard depuis les fatalités du 12 janvier 2010, pas un seul haïtien vivant toujours sous des tentes de fortune, dans la crasse et l’abandon. C’est encore l’un des points de départ par lequel un vrai combat contre la corruption devrait être aussi démarré. Sinon apprenons-nous maintenant à faire économie de salives en prenant la parole en public.

« La police nationale a dispersé une marche contre la corruption avec des bombes lacrymogènes » a rapporté un correspondant de AP et le premier paragraphe du texte se lit ainsi:

« La police haïtienne a dispersé hier avec des gaz lacrymogènes et des tirs une manifestation à Port-au-Prince contre la corruption dans ce pays, le plus pauvre d’Amérique. Les centaines de manifestants, qui marchaient au rythme des slogans et de la musique populaire, répondaient ainsi à un appel du «Collectif du 4 décembre», qui avait l’intention d’atteindre le siège du Parlement haïtien pour faire entendre leurs cris de raz-le-bol. »

L’ Associated Press (AP) citant l’un des manifestants de la marche écrit : « La corruption fait partie du système, donc toute bataille contre la corruption est une bataille contre le système », a déclaré un manifestant.




Ce papier de l’AP concernant la manif de mardi à Port-au-Prince, est repris en titre dans presque tous les journaux dominicains qui ont ajouté que « La protestation est venue après que le Parlement haïtien eut publié un rapport dans lequel sont impliqués d’anciens fonctionnaires haïtiens dans de présumées irrégularités dans l’utilisation des fonds de Petro Caribe… »

Signalons que le Sénat traîne en longueur pour statuer sur l’approbation ou le rejet du rapport de la Commission-Beauplan impliquant plusieurs officiels haïtiens dont l’un, le professeur universitaire Wilson Laleau, est encore en poste dans le gouvernement de Jovenel Moise. Celui-ci affirme sa ferme volonté de lutter contre la corruption et l’impunité en Haïti !

Photo-courtoisie: Eric Jean-Baptiste

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.