A quand la fin de la corruption et de l’impunité en Haiti ?

1
582

Lundi 4 décembre 2017 ((rezonodwes.com))– Cette question pertinente et précise ; pour laquelle on n’arrive pas à trouver la réponse appropriée , puisque cela dépend d’un ensemble de facteurs. D’aucuns le disent et le reconnaissent, la corruption est une gangrène sur le chemin de la résolution de certains grands problèmes auxquels le pays fait face. On ne saurait ne pas parler de l’impunité qui , elle-même, ouvre la voie à la perpétuation des actes répréhensibles en Haiti.




La corruption et l’impunité qui caractérisent la société haïtienne sont deux grands maux qui entravent le processus de développement d’Haïti en vue de l’amélioration des conditions de vie de ceux qui croupissent encore dans la misère et la pauvreté criantes. Personne n’est responsable de la mauvaise gestion des fonds Petro Caribe. Dans le rapport de la commission sénatoriale, plusieurs anciens ministres ont été mis à l’index. Au lieu de recourir à la voie légale pour faire la lumière autour des accusations de gaspillage , de dilapidation , de concussion, de forfaiture et d’usurpation de titre, ils choisissent de plaider non coupable dans des émissions radiophoniques qui sont largement suivies par la population.

En sont-ils vraiment conscients de leur état ? C’est quelque chose d’inimaginable ; les journalistes remplacent les magistrats assis et debout. Tout se ceci se fait en complicité avec les patrons de médias très réputés de la place. De nombreuses voix s’élèvent pour exiger l’adoption du rapport par l’Assemblée des sénateurs afin d’envoyer de signaux clairs à la nation haïtienne dans sa quête de changement de système. Qu’ils soient de la majorité ou de la minorité, les pères-conscrits ont intérêt à voter en faveur du rapport pour signifier leur bonne volonté d’aider à l’éradication de ce fléau qu’est la corruption.

A bien appréhender les propos du Président du Sénat de la République, Youri Latortue, c’est au Parlement même que le phénomène de la corruption s’installe. Il le dit sans s’en rendre compte. Au moment de la séance reportée à une date ultérieure , certains noms mentionnés dans le rapport ont appelé et envoyé des textos à des sénateurs pour leur demander de boycotter la séance et de leur fournir leur aide dans cette affaire de vaste supercherie. Là , on comprend bien pourquoi le débat autour de ce dossier brûlant doit être clos. Car il y aura des pleurs et des grincements de dents. Quel exemple veut-on donner aux générations à venir ?




Il est grand temps que cela cesse. Les intérêts du pays doivent avoir priorité sur les intérêts de groupes. Si rien n’est fait , on va tout droit vers l’abîme, si on n’y est pas déjà . On ne pourra pas parler de développement, de modernisation , d’amélioration au niveau de l’état physique du pays. L’argent des contribuables ou encore les taxes prélevées doivent être utilisées à bon escient. Elles doivent servir à financer des grands chantiers au bénéfice de la République. On ne va nulle part si on ne se gendarme pas contre la corruption qui s’érige en système, depuis un bon bout de temps. Les actes de corruption ne doivent pas rester impunis. Leurs auteurs doivent être aussi fixés sur leur sort. Ici , on parle de corruption à grande échelle. Les autorités en place, le Président de la République, notamment, doivent faire montre d’intelligence et de fermeté dans ce dossier qui préoccupe le peuple au plus haut point. De nouveaux riches , par le biais de la corruption , prennent toute une population en otage.

Cela ne doit pas continuer comme ça. Chacun , en ce qui le concerne , doit assumer ses responsabilités , et ceci en toute impartialité, afin , dit-on , de permettre au pays de respirer un peu. La Société Civile fait entendre sa voix , il revient maintenant à la classe politique de se positionner dans cette affaire publiquement. Tous les secteurs ou les forces vives de la nation peuvent exercer des pressions , sous une forme ou sous une autre , pour forcer les pouvoirs à montrer leur vrai visage. Le Chef de l’Etat a déjà identifié la source du problème. Selon lui, les cinq problèmes du pays se résument à la corruption. Comme on dit, un problème identifié est à moitié résolu.




On attend le Président à l’oeuvre , on lui donne le bénéfice du doute , par rapport aux informations qui circulent. Quelques-uns de ses proches collaborateurs sont impliqués dans la corruption , selon le rapport de plus de 400 pages. Un rapport revu, corrigé, augmenté, puisqu’Evalière Beauplan avait qualifié le rapport de son collège Youri Latortue de travail  » bâclé « . On verra bien la fin du dernier épisode. Le pays en sortira-t-il vainqueur ? Le rapport Petro Caribe et la prorogation ou non du mandat des dix sénateurs vont peser très lourd sur le dos du premier mandataire de la nation. Jovenel Moïse sera-t-il sauvé des eaux troubles de la politique haïtienne ? Jouera-t-il le tout pour le tout ?

Nous avons le choix de continuer à patauger dans la corruption ou la combattre sous toutes ses formes.

Wadson Désir

1 COMMENT

  1. Ouvriye nan faktori SNH Global nan zòn franch karakòl la nan Nòdès peyi d Ayiti leve kanpe kont yon patwon kap vòlè salè yo ki rele Jose. Alò, demen gen manifestasyon plizyè òganizasyon nan sosyete sivil la ap òganize kont koripsyon ki fin gangrennen nan tout espas peyi d Ayiti.

    Twò souvan, moun annik gade koripsyon nan leta a, jan politisyen abolotcho ap vòlò nan leta pou anrichi tèt yo ak fanmi/zanmi yo. Li kòrèk pou denonse sila ki itilize plas yo nan leta pou fè bè yo e se yo menm ki konstitye boujwazi biwokratik la, youn nan fraksyon nan boujwazi a kap peze souse, kraze Pèp Ayisyen an menmman parèyman. Pa ekzanp, gen rapò sou gagotaj/koripsyon nan fon petwokaribe yo e ki endekse moun ki nan boujwazi biwokratik la ki te gen pozisyon responsabilite nan leta a. Fòk rapò sa a fè chimen li jiskaske moun sila yo reponn devan lajistis san yo pa gen posibilite bay jij kowonpi lajan sal pou blanchi yo.

    Jan nou ka wè, boujwazi biwokratik la kòm fraksyon klas nan boujwazi a fè anpil koripsyon, ak tout kalite konbin pou fè akimilasyon kapital yo. Si nap chache koripsyon, boujwazi biwokratik la osen leta a se yon bon chan pou nou gade pou wè koripsyon an agogo. Men li pa rete la sèlman.

    Kidonk, leve kanpe Ouvriye yo kont patwon nan SNH Global nan zòn franch karakòl la montre nou yon lòt chan koripsyon fraksyon boujwazi a ki nan soutretans/zòn franch la ap galope a tout bouling ladann tou. Vòlò salè Ouvriye yo se youn nan fòm koripsyon an pran.

    Sa ki pi fondamantal nan koripsyon fraksyon boujwa sa yo nan soutretans/zòn franch la se vòl PLIVALI a menm, kidonk eksplwatasyon a outrans san limit boujwazi a sou do Ouvriye yo menm. SE PI GWO BAZ KORIPSYON AK ENPINITE NAN PEYI A.

    Ositou, koripsyon an gen orijin li dabò nan ansanm de rapò sosyo ekonomik ki chita sou eksplwatasyon, dominasyon, opresyon, inegalite sosyal, diskriminasyon sosyal, eksklizyon sosyal, brèf yon ansanm de rapò akayik, retwograd, aryere, ak pouri ki se mak fabrik sistèm feyodalo kapitalis la nan peyi a.

    KORIPSYON AN ANRASINEN NAN CHAPANT SOSYAL KI TE DEVLOPE NAN PEYI A DEPI 1806 E KI VIN SIBI YON TIP TRANSFÒMASYON KAPITALIS PANDAN OKIPASYON MERIKEN AN KI APWOFONDI, DEVLOPE EPI AKSELERE BAZ KORIPSYON KI FIN KRAZE PEYI A AK PÈP AYISYEN AN NÈT JOUNEN JODI A.

    POU FINI AK KORIPSYON, FÒK NOU ALE NAN SOUS LA, SÈTADI CHAPANT KAPITALIS SOSYETE A MENM POU NOU RANVÈSE CHAPANT SA A PI VIT POSIB KOLEKTIVMAN.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.