Le retour des FAD’H face à la réalité et l’histoire haïtienne

par Moise Garçon

Samedi 17 novembre 2017 ((rezonodwes.com))– En dépit de toutes mes critiques et réserves personnelles, je félicite le chef de l’État pour avoir pris la décision de remobiliser l’armée d’Haïti. Elle est le symbole de notre souveraineté nationale. Toutefois, pour faire taire les pessimistes, l’équipe au pouvoir devra surtout, dans la gestion de l’armée nationale, éviter d’utiliser les services militaires au profit des opérations sectaires.




L’exécutif devra aussi travailler en collaboration avec les autres pouvoirs afin de compléter les lois relatives au fonctionnement des FAD’H, tout en clarifiant le statut des militaires impliqués dans des actes criminels. Seront-ils jugés par un tribunal civil ou militaire?

Il faut aussi établir des principes clairs reflétant une image saine de l’institution, tout en renforçant la neutralité comme principe devant guider le fonctionnement de l’armée.

Les émotions sont précaires au sujet de cette armée à cause des expériences douloureuses du passé, et surtout les multiples problèmes diminuant la légitimité du pouvoir actuel, lequel se trouve au cœur des scandales de corruption, qui pis est, développe une politique partisane trop évidente.

Si ces virus s’attaquent aux racines des FAD’H, on ne devrait pas s’étonner si l’histoire se répéterait plus tôt que plus d’un aurait anticipé…

La réussite est toujours collective, seul l’échec est personnel. Alors, réussissez messieurs et dames, pour l’honneur de la patrie et le début d’une longue série de jours meilleurs!

En conclusion, quel est le rôle de l’armée dans un contexte global?

Une armée est une organisation structurée d’hommes et de femmes armés visant à conquérir ou à défendre un territoire, détruire ou protéger d’autres unités militaires ou des unités civiles (entreprises, administrations…).




Lorsqu’une armée est organisée par un État, elle est une institution et ses objectifs sont subordonnés aux objectifs politiques de cet État ; on parle alors de l’armée, avec l’article défini.

L’armée peut également s’occuper de divers travaux et remplir diverses fonctions, comme les travaux de déblaiement en cas de catastrophe naturelle ou de police en cas d’occupation.

Enfin, lorsque l’État est en grand danger (par exemple en cas de guerre totale), l’institution militaire prend habituellement une très grande extension, et toute la vie civile est militarisée à des degrés divers.

Lorsque la fusion entre l’appareil d’État et l’appareil de l’armée est complète, on parle de dictature militaire.
(Réf. Encyclopedia)

Moise GARCON
#betterhaitians
#betterhaiti
www.pacayiti.com

Une pensée sur “Le retour des FAD’H face à la réalité et l’histoire haïtienne

  • 18 novembre 2017 à 8:46
    Permalink

    Felisitasyon w la an kontradiksyon ak tout sa ou vin di apre yo. Kidonk, se yon felisitasyon ipokrit e ki mal plase. Dabò, dapre tout sa ou pwopoze ki pou fèt yo, ou dwe gen tan wè se PA lame d Ayiti ki remobilize men yon gang ame yo mete kanpe opwofi mafya/malfra ekonomik ak politik yo sou lobedyans peyi kolon enperyalis yo. Ositou, pa gen anyen de “souverènte nasyonal” nan gagòt sa a.

    Menm nan lojik represif raketè sa yo ap reflechi a, tout sa ou pwopoze yo te dwe presede remobilizasyon an. Se yon “lame” mòne, sanzavni. GANG AME SA A SE YON ATELYE DEMON KI PRAL KANPE ANFAS LIT REVANDIKATIV PÈP AYISYEN AN MENM JAN AK LAPOLIS NASYONAL LA KAP TIRE SOU MANIFESTASYON DEMOKRATIK PÈP LA, BA YO DLO GRATE, EPI FLANKE YO NAN PRIZON.

    Anfen, gang ame a se youn nan zouti/enstriman gouvènman reyaksyonè, retwograd, akayik, aryere Moise/Lafontan an pral itilize pou mizanplas yon diktati sanginè boutdi ala manyè de rejim boutdi Francois Duvalier a.

    Pèp Ayisyen an rejte fèmeman ak tout fòs yo tip ak fòm leta sanginè sa a depi 7 Fevriye 1986 lè li rele chalbari dèyè rejim Jean Claude Duvalier e dechouke gouvènman sa a.

    Nou menm Pèp Ayisyen, nou pap tounen dèyè ankò. Ositou, nap ranmase karaktè nou, gonfle ponyèt nou, twouse manch nou, itilize tout mwayen demokratik nan asnal nou pou vanse nan yon soulèvman demokratik popilè pou fè fas kare a bann ak pakèt bouwo, diktatè, bandi san fwa ni lwa leta Ayisyen an. Epi, lè nap defann tèt nou fas a vyolans gouvènman an ak aparèy represif li yo, pinga pèsonn vin blame nou pou anyen ditou, ditou.

    Si gen pou voye felisitasyon, se pou Pèp Ayisyen an ki gen matirite pou rekonèt gagòt kap fèt nan figi yo la a, san montre yon minimòm respè pou yo, kote pou yo te menm rekeyi opinyon yo sou kesyon lame a dabò. NON, SE PA SA KI FÈT! Se yon prèv anplis ki montre lobèy “lame” sa a pa pou nou, men, an reyalite, KONT NOU!!! NOU VOYE L JETE NAN BWAT FATRA LISTWA. Konsa, fòk nou pran mezi nesesè pou òganize tèt de fason endepandan kolektivman pou kanpe anfas yo tou.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.