« Comandante Che » plus présent que jamais dans la mémoire des Cubains, 50 ans plus tard

4
162

C’est à Cuba, sa patrie adoptée que Ernesto Che Guegevara est devenu un idole, non pas en Argentine son pays natal. Ce que l’Empereur Jean-Jacques Dessalines est à Haïti, Che l’est à Cuba, très reconnaissant envers lui. Le week-end dernier, Cuba a grandiosement commémoré le 50e anniversaire de la mort de Che Guevara. Son esprit d’altruisme et sa conscience révolutionnaire sont devenus un idéal à suivre, a déclaré le premier vice président cubain Diaz-Canel




Havane, lundi 9 octobre 2017 ((rezonodwes.com)).-Dans l’île des frères Castro, pays ami d’Haïti post février 1986, ils étaient plus de 50.000 les cubains qui ont pris part dimanche aux commémorations devant marquer le 50ème anniversaire de la mort du célèbre révolutionnaire latino-américain, Docteur Ernesto « Che » Guevara.

De son côté, Raul Castro, a fait le déplacement pour aller assister à un rassemblement de masse face au mausolée élevé à la gloire de « Che », une localité située à environ 300 km à l’est de La Havane. Cet imposant rassemblement était venu dimanche clôturer la semaine d’hommages rendus par le peuple cubain au combattant, qui a contribué à côté des Castro, Fidel en particulier, au renversement de la dictature de Baptista.

Notons que ce lundi 9 octobre 2017 marque exactement 50 années depuis que Guevara a été pris en embuscade et tué en Bolivie. C’était le 9 octobre 1967.

Plus de 60.000 personnes se sont rassemblées Place de la Révolution, à La Havane, où se trouve une imposante statue en bronze de Guevara.

Par ailleurs, à la capitale, la mobilisation des cubains n’était pas différente des autres manifestations d’hommages à Che dans le reste du pays. Plus de 60.000 personnes se sont rassemblées « Place de la Révolution », à La Havane, où se trouve une imposante statue en bronze de Guevara.

C’est au pied de ce mausolée que reposent les dépouilles de Guevara et celles de 30 autres de ses camarades également morts en Bolivie, le 9 octobre 1967. Une flamme éternelle, allumée par le défunt président Fidel Castro, rend hommage aux combattants.

S’adressant à la foule, le premier vice-président cubain, Miguel Diaz-Canel a déclaré : « Le Che n’est pas mort, comme ses ennemis l’ont voulu. Sa figure grandit avec le temps et les jeunes générations reconnaissent son exemple révolutionnaire. »




Il est à signaler que durant la semaine d’activités « hommages à Che », une délégation cubaine ayant à sa tête Ramiro Valdés Menéndez, vice-président et « Comandante de la Revolución », avait participé le 7 octobre dernier, à une cérémonie officielle en Bolivie à l’endroit même où Che était tombé dans une embuscade. Il avait seulement 39 ans.

Che et Fidel Castro, avant l’automne 1967

4 COMMENTS

  1. On ne fait pas l »amour avec les armes… Oui à Gandhi, non au Che…

    http://www.howworldcan.be
    English: A total reconsideration of our society and way of life
    Français : Une totale remise en question de notre société et mœurs de vie
    Español: Un replanteamiento total de nuestra sociedad y forma de vida
    Nederlands: Een totale herziening van onze maatschappij en levenswijze
    Bonne lecture,

    Rémi Vandersmissen

    • Bof! Ce que tu dis là est simpliste. La non violence a ses limites comme la lutte armée, il faut savoir quand les utiliser. Che fut grand mais s’est fourvoyé en croyant tous les peuples souffrants, prêts pour la révolution. Toutefois, sans la révolte armée, les esclaves haïtiens n’auraient jamais pu chasser les barbares européens français. Ceux qui usent de violence et règnent par elle, sont ceux qui parlent de non violence à leur victime et c’est du bluff. La non violence de Gandhi n’a pas pu libérer le peuple indien des griffes des tyrans indiens malgré l’indépendance nationale acquise.

  2. Ces fous idèologiques n’ ont pas fait grand chose pour amèliorer la vie des gens dans le système totalitaire communiste. Ils n’ont fait que remplacer une dictature par une autre plus fèròce,en baillonant la liberté individuelle, le pluralisme, en èliminant toutes formes d’idèes contraire à leur dogme par l’incarcèration des opposants. Une hirondelle ne fait pas le printemps, la diversitè l’èclore.

    • Pauvre imbécile haïtien, car grâce aux acquis de ses « fous », ton pays de raisonnables ordures, est soigné par des médecins, reçoit des bourses d’études, est assisté au plan écologique et bien d’autres. Alors merde pauvre con!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.