Sénat : « Le CEP a nommé Rony Célestin. Il n`a pas été élu », dixit Abel Descollines

0
62

Le Député Descollines a baissé les bras devant « la nomination de Célestin » comme le dernier Sénateur à venir grossir la troupe PHTK au Sénat de la République

Port-au-Prince, lundi 3 avril 2017 ((rezonodwes.com)).-Le Sénateur-élu du Centre Rony Célestin « a été nommé par le CEP« , car au fond, il n’a pas réellement gagné les élections, a affirmé lundi matin, le Député du Plateau central Abel Descollines qui intervenait sur les ondes de radio Zénith FM. Cette petite phrase d’un Parlementaire en fonction, n’est pas de nature à rassurer l’opinion publique si l’un des membres du CEP-Berlanger/Uder, serait appelé à siéger au Conseil Electoral Permanent. Un CEP attendu depuis et dès les élections manu militari de janvier 1988.




« Sans procès-verbal d’incidence », M. Descollines qui retourne s’asseoir à la Chambre basse, regrette que l’accès non agréé au CTV (Centre de Tabulation) n’aie pas pu déterminer le contraire. Les votes gagnants attribués à M. Célestin, sont mis à rude épreuve, à en entendre les jérémiades continuelles du député, depuis la publication des résultats préliminaires des législatives dans le Centre.

Avant même la confirmation officielle de Rony Célestin, comme le nouveau Sénateur-élu par le CEP, une unité d’une force spécialisée de la PNH (CIMO) était déjà sur place à Mirebalais, pour décourager tout éventuel dérapage, a relevé le malheureux candidat aux sénatoriales du département du Centre. Descollines s’est insurgé contre ce déploiement qui prédisposait à « la nomination de Célestin ».

Abel Descollines en a profité pour dénoncer le comportement « zélé » du conseiller électoral Saint-Hubert qui, selon lui, menaçait de faire arrêter le 27 mars dernier, dans l’enceinte du CEP, un de ses partisans, en l’occurrence l’Agronome Enock. Le conseiller aurait refusé toute dispute avec le partisan oubliant ses devoirs de réserve, a rappelé un Descollines très frustré refusant d’admettre son échec face à un « confrère » du même regroupement politique.




Notons que dans le Plateau Central, constatent des observateurs, rares sont les fois où des joutes électorales se terminent sur des notes de satisfaction dans les camps antagonistes. Un député Abel Descollines serré les mains d’un Sénateur Célestin, semble-t-il, n’est pas pour demain, tandis qu’ils sont tous deux appelés « à servir le même maître » au Palais national.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.