Haiti-Élections : L’inopportunité d’un rêve ?

0
460

par Me Elco Saint-Armand

L’inopportunité d’un rêve?

Hier soir, je bois face au soleil à l’idée de cacher ma peur et mes inquiétudes dans ce pays hanté par des démons de la politique… Haïti est l’autre Haïti. Haïti est devenue l’ombre d’elle même qui, dans un registre répétitif ne fait que boire elle aussi, le sang infecté de ces opportunistes à cravates.

Je ne connais pas mon rêve, mais je reconnais celui de la doctrine de l’oligarchie – une oligarchie qui fige le peuple dans une autre Haïti, celle de la ruse. – Je ne savais pas si le peuple haïtien, mon peuple était aussi lâche – une attitude qui répugne le rage en une démission collective. Un tel comportement n’est que la consécration maligne des mentalités en perpétuelle mutation.

De l’autre côté de ma chambre, je bois ma jeunesse, ce moment de fougue, où tout était que rêve afin de métamorphoser la bête en humain… Le désordre en ordre! L’enthousiasme me manque aujourd’hui et, j’en ai pris du recul. Je me suis fait vieux car je tremble et marche en fantôme.

Pourquoi choisir le noir? – ces vampires y vivront le plus naturellement du monde. Pourquoi leurs donner la possibilité de rester en vie? – absence de code moral pouvant les contenir… J’adore la douceur de la lune mais, je déteste ses effets tolérants! Je répète cet écrivain du temps de Napoléon: « Tout ce qui est ancien a été nouveau. L’essentiel est d’imprimer aux institutions nouvelles, ce caractère de permanence et de stabilité qui puisse leur garantir le droit de devenir anciennes. » Un pays est un mélange…! Une continuité de l’histoire – son propre histoire. Les démons sucent le sang de notre passé ? – une logique indissociable du mal.

Face à cette offensive de ce mal politique, je me bats en pèlerin affaibli tout en incitant le peuple à mettre sa face au soleil de son avenir. Des candidats à la présidence ont contesté le déroulement du processus de votes du 25 octobre qui selon eux, il y a eu « magouilles » au profit d’un autre candidat, la question que je me pose : si les élections ont été contestées par eux ( candidats à la présidence ) – pourquoi ils se sont vite déclarés, quelques heurs après le prononcé folklorique des résultats, leur capitulation? – certains ont même pris l’initiative de prendre des décisions personnelles en dehors de toute forme de consultation avec leur propre parti politique?

J’ai souvent discuté avec un ami politologue qui me dit que lui, il ne croit et n’aime pas les élections qui se font en Haïti… A bien regarder, et si je veux rester cohérent avec ma maturité, je me demande s’il n’a pas raison? – Oui, il a raison! Est – ce vraiment un problème d’élections ou du moins nous avons carrément un problème d’hommes-citoyens? Ainsi, je m’étais endormi avec l’idée de rester encore et toujours dans mon rêve de citoyen éperdu.

NY, le 6/11/2015

Me. Elco Saint Amand, Av.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.