Martelly dénonce les critiques sur sa gestion du dossier des rapatriés

0
481

martelly don

Port-au-Prince, le 25 juin 2015 – (AHP) – Le président Michel Martelly s’est  pris, jeudi, est ceux qui, selon lui, utilisent le dossier des rapatrié de la république dominicaine à des fins politiques.

Le chef de l’Etat assure que son administration continue de travailler en vue de recevoir dans la dignité, les Haïtiens qui seront refoulés à la frontière tout en admettant qu’elle pourrait être débordée, ne sachant pas combien de citoyens sont concernés par cette mesure.

Le chef de l’Etat fait remarquer, qu’au cours de ces 3 derniers jours, environ 14 mille rapatriés sont arrivés à la frontière et se félicite que tout se soit bien passé, car, normalement, on aurait dû dejà avoir une crise, a-t-il dit.

Le directeur de la migration domincaine, Rubén Paulino Sem,  parle lui de 17.000 rapatriés.

Le président Martelly salue le leadership du premier ministre qui, a-t-il dit, a impliqué plusieurs secteurs de la vie nationale dans la gestion de la crise.

Le premier ministre  Paul  a pour sa part appelé les autorités  dominicaines à  respecter les normes   régissant le processus de déportations.

Parallèlement, la plateforme JISTIS a organisé un sit-in devant les locaux de l’ambassade dominicaine à Pétion-Ville pour dénoncer les rapatriements  massifs des citoyens dits en situation irrégulière en république dominicaine.

Bon nombre d’entre eux sont des dominicains d’ascendance haïtienne, soutient le candidat à la présidence de la plateforme , Me André Michel qui dénonce également ce qu’il appelle l’indécence des dominicains.

Alors qu’ils sont déterminés à refouler sur Haïti des citoyens dits en situation irrégulière, ils continuent de profiter des avantages dans leurs rapports commerciaux avec le pays, en exportant quotidiennement près de 2 millions de dollars de marchandises vers Haïti.

Me Michel affirme avoir demandé au secrétaire général des nations unies et aux autorités haïtiennes d’assumer leurs responsabilités devant ce qu’il appelle une catastrophe humanitaire.

Il faut que les dominicains sachent qu’ils ne peuvent pas continuer à fouler au pied la dignité et l’honneur du peuple haïtien, a dit André Michel.

La plateforme PITIT Dessalines s’indigne également face aux conditions infrahumaines dans lesquelles  évoluent de nombreux rapatriés en provenance de la République Dominicaine.

Le Père Amos Georges, membre du directoire du parti de Moïse Jean-Charles, demande au cardinal Chibly Langlois de quitter la commission présidentielle. Il l’accuse de mentir en affirmant que les rapatriés seront reçus dans la dignité, alors que sur le terrain aucune mise en place n’a été faite en ce sens.

Le chef religieux plaide de préférence en faveur de la mise sur pied d’une commission qui porterait le nom du pape François qui, dit-il, n’a pas hésité à prendre position en faveur des plus faibles et à punir des nonces apostoliques qui violent les principes de l’église.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.